Vous êtes ici : DESIGNMOTEUR-Sport » WEC » Road to Le Mans 2018 : débrief de la conférence de presse WEC des 24 Heures du Mans 2018 #LeMans24

Road to Le Mans 2018 : débrief de la conférence de presse WEC des 24 Heures du Mans 2018 #LeMans24


Aujourd’hui 15h, en direct du salon Retromobile 2018, l’ACO a présenté via une conférence de presse la liste des engagés à la Super saison 2018-2019 FIA WEC et pour la courses 24 Heures du Mans 2018. Avec 60 voitures au départ le 16 juin 2018, réparties en quatre catégories : … 10 LM P1 ; 20 LM P2 ; 17 LM GTE Pro et 13 LM GTE Am ; soit un mix parfait de 30 prototypes et 30 LM GTE ; le plateau des 24 Heures du Mans 2018 démontre de nouveau l’attractivité de l’épreuve pour les constructeurs, motoristes (Toyota, Gibson, Nismo, Mecachrome, AER, sont fournisseurs des moteurs au Teams engagés en LMP1) et les Teams venant du monde entier. Débriefing texte illustré de vidéos et de tweets, de la conférence du jour.

New Year New Start New WEC Super Season



Replay – Conférence de presse #LeMans24 #WECSuperSeasonLaunch


Revivez la conférence de presse des 24 Heures du Mans et de la Super-Saison 2018-2019 du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA. La saison est lancée. Dans le cadre du Salon Rétromobile à Paris, l’Automobile Club de l’Ouest et le FIA WEC présenteront les 24 Heures du Mans et la Super Saison 2018-2019 du Championnat d’Endurance de la FIA. La liste des engagés des 24 Heures du Mans 2018 sera dévoilée à cette occasion.

LM P1


Les deux Toyota TS050 HYBRID feront face à huit LMP1 à technologie non hybride. On aura trois BR1 conçus par le constructeur BR Engineering, deux Rebellion R13 développés par Oreca, deux Ginetta G60-LT-P1-Mecachrome et une ENSO CLM P1/01 (Caterham).



Il y a six mois, peu de gens s’imaginaient que 10 LMP1 allaient s’aligner pour le début de la saison 2018-2019!

L’engagement de Toyota Gazoo Racing dans le développement de la technologie hybride, et son engagement à produire des voitures de route toujours meilleures en utilisant les connaissances et l’expérience acquises dans le « WEC », lui permet d’étendre son engagement dans le « Championnat du Monde d’Endurance » pour toute la « Super Saison ».

Face à la puissance de Toyota, il y aura des adversaires suisses, autrichiens, chinois, américains et russes. Ces équipes privées incluent le champion LMP2 2017 Rebellion Racing qui revient dans la catégorie reine avec un Rebellion R13 construit par ORECA.



Le Team ByKolles Racing a travaillé dur pendant les mois écoulés depuis sa dernière participation au WEC pour moderniser et développer son ENSO CLM (Caterham Le Mans) P1/01, et rejoint le CEFC TRSM Racing (anciennement Manor) qui passe en LMP1 avec deux nouveaux prototypes Ginetta G60-LT-P1.



Il n y aura pas moins de trois BR Engineering BR1 sur la grille, deux – motorisés par ‘AER’ (Advanced Engine Research) – de SMP Racing qui fait son retour au WEC pour la première fois depuis 2016, après avoir participé à l’ELMS l’année dernière, et un, avec un moteur Gibson, du débutant du championnat DragonSpeed – l’équipe américaine se déplaçant également du championnat du WEC.

Les voitures LMP1 seront toutes équipées de pneumatiques Michelin pour la Super Saison, mais propulsées par cinq motoristes différents (!) dont Toyota, Gibson, Nismo, Mecachrome, AER, sont sous le capot des prototypes, en position sur la grille de départ en LMP1, toutes avec pour objectif d’emmener leurs équipes vers la victoires au Championnat du Monde d’Endurance (WEC) FIA.

Toyota ?

Le nouveau prototype LMP1 du constructeur japonais s’est présentée dans sa livrée 2018-2019, en tant qu’une évolution de la machine 2017 victorieuse à cinq reprises l’an passé, à Silverstone, Spa, Fuji, Shanghaï et Bahreïn.

La LMP1 TS050 Hybrid 2018 est déjà entrée en piste à deux reprises lors de tests organisés par le Toyota Gazoo Racing Team à Aragon, en Espagne, et deux autres sessions d’essais sont d’ores-et-déjà programmées avant le Prologue WEC qui se tiendra sur le circuit Paul Ricard, dans le Var, en avril 2018.

La présentation de cette nouvelle TS050 Hybrid fait suite à l’annonce de la composition des équipages des deux voitures engagées en WEC et au Mans en 2018-2019.



Gibson ?

Gibson Technology est une entreprise automobile et de sport automobile fondée par Bill Gibson sous le nom de Zytek en 1981 et basée à Fradley et Repton, au Royaume-Uni. Zytek Group comptait deux divisions principales : Zytek Automotive, qui est basée à Fradley, Staffordshire; et Zytek Engineering, qui est basée à Repton, Derbyshire.

En 2014, Zytek Automotive a été vendue à la société d’ingénierie allemande Continental AG, tandis que Zytek Engineering est resté sous la direction de Gibson et a été rebaptisée Gibson Technology.

En 2017, l’entreprise Gibson devint le fournisseur d’un moteur V8 de 4,2L atmosphérique, produisant 600 ch, pour les séries européennes Le Mans Series, le Championnat du monde d’endurance de la FIA et le championnat SportsCar WeatherTech.



Nismo ?

Nismo (abréviation de Nissan Motorsport) est la division interne de Nissan spécialisée dans le tuning, les sports automobiles et la performance.

Créée en 1984 suite à la fusion de deux départements de sport automobile, Nismo cars a participé à JSPC, JTCC, 24 Heures du Mans et 24 Heures de Daytona.

Ils participent actuellement aux championnats Super GT, Blancpain GT Series et WeatherTech SportsCar.

Mecachrome ?

Mecachrome est une entreprise spécialisée dans la mécanique de précision et l’application des nanotechnologies aux industries aéronautique, aérospatiale et automobile, fondée en 1937 à Colombes (France) par Eugène Casella.

En 2004, à la suite du rachat des entreprises R’Tec et JPX, Mecachrome devient Mecachrome Technologies et son siège social est établi à Montréal (Canada). Son principal site de production se situe à Aubigny-sur-Nère, en France. En 2010, Mecachrome International redevient Mecachrome France et installe son siège social en Indre-et-Loire.

En janvier 2017, Ginetta annonce qu’ils sont en négociation avec Mecachrome pour la fourniture de moteur dans la catégorie LMP1 à l’horizon 2018.

« L’installation du nouveau moteur Mecachrome Motorsport LMP1 V6 turbo de 3,4L dans la Ginetta G60-LT-P1 est un succès. » – Bruno Engelric, directeur de Mecachrome Motorspor

Présentée lors du salon Autosport International le 11 janvier dernier, la Ginetta LMP1, équipée du nouveau moteur Mecachrome LMP1 à injection directe, a effectué plusieurs runs à grande vitesse sur le tarmac du Yorkshire. Ceci lançant le programme d’essais pour la Super Saison du Championnat du Monde d’Endurance FIA WEC 2018/2019.



AER ?

Advanced Engine Research, (communément connu par l’abréviation AER) est un fabricant de moteurs de course automobile basé à Basildon, Essex, Angleterre.

Fondée en 1997, AER a développé des moteurs gagnants pour un certain nombre de séries de courses internationales prestigieuses en voitures de sport, prototypes de course, rallyes, voitures de tourisme et courses à roues ouvertes.

Ils ont conçu des moteurs dérivés des plates-formes de voitures routières, mais ils mettent l’accent sur des moteurs conçus à partir d’une feuille blanche (from scratch), avec un accent sur l’électronique et les turbocompresseurs.

Leurs moteurs ont participé aux 24 Heures du Mans, au World Endurance Championship (WEC), aux European Le Mans Series (ELMS), aux United SportsCar Championship (TUSC), GP3, British Touring Car Championship (BTCC), Nissan/Renault World Series, Grand-Am, Paris Dakar et FIA Sportscar Championship.

Ils ont travaillé avec un certain nombre de constructeurs, dont Mazda, Ford, Hyundai, MG/Rover, Nissan et Toyota. En 2012, AER a développé et construit des moteurs d’essais turbo de Formule 1 selon les règles actuelles et en juillet 2012, l’AER a été choisie comme partenaire moteur et fournisseur de la nouvelle série GP3 racing.

LM P2



La grille LMP2 sera composée de sept entrées mais, contrairement à l’année dernière, il y a trois constructeurs de châssis différents représentés par l’ORECA 07, Dallara P217 et Ligier JSP217.

L’ A470 de Signatech Alpine, bien que nommée individuellement, est un modèle ORECA 07. Les nouveaux règlements LMP2 introduits en 2017 ont offert aux clients une augmentation significative des performances, ce qui a donné lieu à une compétition passionnante et serrée tout au long de la saison 2017, ce qui ne manquera pas d’être répété au cours de la Super Saison.

Les équipes de France, Signatech Alpine Matmut (championnes de LMP2 en 2016) et TDS Racing, restent fidèles au WEC tout comme Jackie Chan DC Racing, vice-championne de 2017. L’équipe chinoise, dirigée par les Britanniques, revient sur le devant de la scène pour consolider sa victoire au CME avec une équipe de deux voitures – la seule de la classe à le faire.

Deux nouvelles équipes sont les bienvenues en LMP2 des rangs ELMS, DragonSpeed – cette entrée en lice à côté de son prototype LMP1 – et Racing Team Nederland avec l’ancien pilote F1 et WEC Giedo van der Garde parmi les pilotes. Nom familier des cercles d’endurance et du CME, Larbre Compétition revient au Championnat du Monde après 2017.

GTE Pro

GTE-Pro comptera les constrcuteurs Aston Martin, BMW, Ferrari, Ford, Porsche. Chaque Team officiel partira en nombres égaux avec deux autos dans chaque camp.



Boostée par les titres du Championnat du Monde d’Endurance FIA pour les pilotes et constructeurs GTE, la compétition dans la catégorie LMGTE Pro sera plus intense et serrée que jamais avec l’ajout de BMW dans les rangs.

La nouvelle BMW M8 GTE de la marque allemande a fait ses débuts en course il y a quelques semaines (Daytona) et partira à la conquête du Prologue d’avril (Circuit Paul Ricard, les 6 et 7 avril) avec quelques-unes des marques de voitures de luxe les plus prestigieuses au monde.



Aston Martin présent avec notamment une toute nouvelle Aston Martin Vantage AMR.



Deux Ferrari 488 GTE du Team AF Corse seront de retour pour tenter de remporter le championnat, dans l’espoir de réitérer le succès du constructeur italien des années précédentes.



Les deux Ford GT de Ford Chip Ganassi Team UK ont remporté plusieurs victoires au cours de leurs deux saisons en WEC, et seront un défi pour les titres mondiaux.



Avec 12 mois d’expérience en compétition, la nouvelle génération de Porsche 911 RSR abordera la Super Saison avec un enthousiasme et une détermination renouvelés.



GTE Am



La catégorie LM GTE Am compte trois marques différentes parmi les neuf participants, ce qui représente une augmentation significative par rapport aux saisons précédentes.

Parmi les concurrents figurent les champions de la catégorie 2017 d’Aston Martin Racing, Paul Dalla Lana, Pedro Lamy et Mathias Lauda, ainsi qu’un deuxième Vantage présenté par le débutant du WEC TF Sport.

La Ferrari 488 GTEs sera entre les mains de Clearwater Racing de Singapour, Spirit of Race de Suisse – tous deux vainqueurs de courses l’année dernière – et d’un autre nouveau nom, MR Racing. Ishikawa Motoaki, membre de l’équipe japonaise, a participé avec succès au Rookie Test 2017 à Bahreïn, ce qui a renforcé son désir de concourir sur la scène mondiale.

Aux côtés de l’Aston Martins et des Ferrari, il y aura pas moins de quatre Porsche 911 RSR, deux de Dempsey-Proton Racing qui ont si durement défié Aston Martin Racing l’an dernier, une de Gulf Racing et une autre d’un nouveau nom sur les listes d’inscription, Team Project 1.


Lancement de la Super Saison 2018-19 d’Endurance : à vos marques !


Le 9 février à 15 heures, c’est dans le cadre du Salon Rétromobile, à Paris, que l’Automobile Club de l’Ouest dévoilera la liste des 60 concurrents retenus pour la 86e édition des 24 Heures du Mans, ainsi que celle des engagés de la Super Saison 2018/2019 du Championnat du Monde d’Endurance (FIA WEC).


New Year New Start New 24 Heures du Mans



Pour cette nouvelle édition des 24 Heures du Mans, tous les regards seront certainement tournés vers Toyota en LM P1. Seul constructeur de la catégorie, le géant japonais aura deux voitures Toyota TS050 Hybrid au départ pour tenter de rafler cette victoire au Mans qui manque tant à son palmarès.

Dans cette même catégorie LM P1, dont le règlement revu a permis l’engagement de cinq structures privées face à Toyota, ce sont dix prototypes au total qui s’aligneront le 16 juin, soit quatre de plus qu’en 2017. Un succès pour les options retenues par l’ACO et la FIA en matière de stratégie LM P1 puisque celles-ci ont séduit Rebellion Racing, Bykolles Racing team, CEFC TRSM Racing, Dragon Speed et SMP Racing. Ainsi que des pilotes de renom comme André Lotterer ou encore le jeune Thomas Laurent, valeur montante de l’endurance qui illustre parfaitement la filière pilotes voulue par l’ACO.

« David contre goliath » dixit l’ACO, voilà comment peut être résumé le probable scenario dans cette catégorie ; même si au Mans, mieux vaut se méfier, rien n’est jamais écrit à l’avance.

En LM P2, le succès de l’an dernier ne se dément pas et l’intérêt des équipes est toujours très fort avec 15 structures représentant 20 voitures. Contrairement à 2017, avantage cette année à Ligier avec neuf JSP217 au départ. Suivent ensuite Oreca, avec 8 Oreca 07 dont une Alpine A470 ; puis trois Dallara. Le quatrième constructeur de châssis de la catégorie Riley ne sera pas présent aux 24 Heures du Mans en 2018.

Le Team Jackie Chan DC Racing, vainqueur de la catégorie en 2017 et 2e au général, revient en force dans la Sarthe avec quatre voitures, dont deux Ligier et deux Oreca. Pour autant l’équipe chinoise ne manquera pas de concurrence pour conserver son titre.

La catégorie LM GTE Pro prend des airs de salon automobile avec six constructeurs : BMW, qui fait son retour dans la discipline avec la M8 et rejoint ainsi Aston Martin, Porsche, Ferrari, Chevrolet Corvette et Ford. Pas moins de 17 unités seront en lice, témoignant de la dimension internationale de l’épreuve et de l’importance de la catégorie et surtout de la victoire pour les constructeurs. Aston Martin, tenant du titre en 2017, alignera sa nouvelle Vantage AMR qui aura la lourde charge de faire aussi bien que sa « grande sœur ». Les pronostics sont ouverts et bien malin celui qui annoncera le résultat.

En LM GTE Am, 13 machines sont invitées aux 24 Heures du Mans, témoignant de la bonne santé de la catégorie, chère à l’ACO et ainsi de la volonté d’accueillir des pilotes amateurs en endurance. JMW Motorsport remet son titre en jeu et aura des concurrents de taille face à lui.

Avec 60 voitures au départ le 16 juin prochain, réparties en quatre catégories : 10 LM P1 ; 20 LM P2 ; 17 LM GTE Pro et 13 LM GTE Am ; soit un mix parfait de 30 prototypes et 30 LM GTE ; le plateau des 24 Heures du Mans 2018 démontre de nouveau l’attractivité de l’épreuve pour les constructeurs et les équipes qui viennent du monde entier puisque pas moins de 14 nationalités sont représentées.

Au cours de cette conférence ont également été révélés les 36 engagés à la Super saison 2018-19 du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA. Ces concurrents disputeront donc deux fois le Mans, en 2018 et en 2019 pour la grande finale du FIA WEC. D’ailleurs pour garder le suspens de l’attribution des titres, le barème des points attribués à l’issue des 24 Heures du Mans a été revu.

Ainsi au lieu de compter double, une victoire aux 24 Heures du Mans rapportera désormais 50% de points supplémentaires par rapport au barème des épreuves de 6 heures.

En plus de ces 36 concurrents, le plateau de l’édition 2019 de l’épreuve sarthoise sera complété par les invitations offertes aux vainqueurs de 2018 (LM P1 – LM P2 – LM GTE Pro et Am) et les invitations faisant suite aux résultats 2018 de l’European Le Mans Series (4 invitations), de la Michelin GT3 Le Mans Cup (1 invitation), aux résultats 2018-19 de l’Asian Le Mans Séries (4 invitations) et aux deux invitations accordées aux concurrents du Weathertech United Sports Car Championship. Les équipes sélectionnées qui complèteront le plateau seront ensuite connues en février 2019 après avoir déposé leur candidature comme de coutume.

Le spectacle sera au rendez-vous dans les autres catégories avec des plateaux de très grande qualité et un mix parfait entre prototypes (30) et LM GTE (30). Deuxième manche de la Super Saison 2018-19 du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA, la date des 24 Heures du Mans 2018 (16 – 17 juin) est à retenir !


Affiche animé des 24 Heures du Mans 2018


24 Heures du Mans 2018, Une affiche clic et chic ! by Machin Bidule

Les préparatifs des 24 Heures du Mans 2018, programmées les 16 et 17 juin prochains, vont bon train. Et c’est grâce à une révélation inédite et interactive, que l’affiche de la plus grande course d’endurance au monde a été dévoilée ce 22 novembre dans la soirée. Ce visuel reprend les codes des affiches conçues comme une œuvre d’art tout en s’appuyant sur le socle des valeurs de l’Endurance.

Ce dispositif original de révélation, qui intervient dans un contexte de transition sportive importante, témoigne une fois encore de la fidélité de la communauté des fans des 24 Heures du Mans, sommet du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA, mais aussi de son goût pour les technologies innovantes. Etre moderne tout en mettant en avant son histoire, son patrimoine, ses valeurs, voilà ce que symbolise ce mode de révélation.

Car l’image de la 86ème édition du double tour d’horloge sarthois réaffirme son statut d’épreuve mythique qui s’est construite en s’appuyant sur les valeurs de l’Endurance, si chères à l’Automobile Club de l’Ouest. Fruit d’une nouvelle collaboration avec l’agence mancelle Machin Bidule, l’affiche des 24 Heures du Mans 2018 se veut dans la tradition des affichistes mythiques du passé et a été conçue telle une œuvre, à collectionner, à partager et à exposer, solidement ancrée dans la modernité et l’innovation.


La révélation de cette grille des 24 Heures du Mans 2018 à peine dévoilée, vivement les 16 et 17 juin, tant l’affiche s’annonce prometteuse et pleine de rebondissements. Mais avant cela, rendez-vous est déjà pris pour la Journée Test le 3 juin, pour une répétition générale.


24 Heures du Mans - FIA WEC Super Season 2018-2019 - cover

24 Heures du Mans – FIA WEC Super Season 2018-2019 – cover


Source et images :
ACO, lemans.org
WEC, fiawec.com



Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

*