Vous êtes ici : DESIGNMOTEUR-Sport » Rallye-raid » Road to Dakar 2018 : parcours étape par étape +programme du 06 au 20/01 +videos +photos +Live #Dakar2018

Road to Dakar 2018 : parcours étape par étape +programme du 06 au 20/01 +videos +photos +Live #Dakar2018


Pour sa 40ème édition, qui est également la 10ème édition sur le continent sud-américain, le Dakar retrouve l’Océan Pacifique. Le Dakar est le test ultime pour l’être humain et le véhicule et se veut être écoresponsable. Le rallye-raid le plus difficile au monde sillonnera cette année les dunes du Pérou, la Bolivie et enfin l’Argentine, pour s’achever à Córdoba ! Comme chaque année depuis 2012, le Team DESIGNMOTEUR met en place un espace web passion pour suivre l’événement ici via un post dédié de présentation du parcours, des programmes étape par étape du 6 au 20 janvier 2018, ou encore le détail du programme TV proposé France Télévisions via cet article publié sur DM Media. Le post est illustrées de vidéos officielles via YouTube et d’instants photos publié sur Instagram. Également retrouvez par là une page web exclusive Live #Dakar2018 proposé par DESIGNMOTEUR Sport.

New Year New Start New Dakar

Dakar 2018. Une certaine idée de l’aventure…

« Qui ne voit pas la proximité entre Nasser Al Attiyah et les frères Marreau ; entre Toby Price et Gaston Rahier ; Ari Vatanen et Kevin Benavides ; Stéphane Peterhansel et Albert de Monaco ; Robby Gordon et Johnny Halliday ? Nous pourrions poursuivre longuement l’énumération en parcourant les archives du Dakar, dans lesquelles nous avons pris une nouvelle fois plaisir à nous plonger en nous projetant vers cette 40e édition.

Les photos, les regards, les classements, les écrits qui restent de cette histoire font jaillir une vérité constante : les hommes et les femmes qui
s’engagent sur le Dakar partagent d’où qu’ils viennent la même conception de l’aventure. On y cultive le goût de l’extrême, les yeux brillent du même
éclat devant les découvertes qui nous sont offertes, et la magie du podium final, qu’il soit installé sur les rives du Lac Rose ou au bord du Pacifique
à Valparaiso, anime les mêmes rêves chez les pilotes des années 80 ou de ce début de XXIe siècle.

Depuis l’inspiration de Thierry Sabine, le Dakar s’est épanoui 30 ans en Afrique, bientôt 10 ans en Amérique du Sud. Il a changé de continent,
mais aussi de dimension, sans jamais dévier du message de son créateur : « un défi pour ceux qui partent, du rêve pour ceux qui restent ».

Cette singularité du Dakar dans le monde du sport a traversé les époques et les générations, en dépit des drames qu’il a dû affronter. Il nous appartient
de la porter et de l’affirmer, en mettant sur le même plan les exigences de modernité et de témoignage. À cet égard, le millésime 2018 nous montre
la voie. Les retrouvailles avec le Pérou rappellent qu’il y a six ans, une nouvelle page s’écrivait pour le rallye qui entrait alors dans un 27e pays, avant
d’être invité sur les terres boliviennes puis paraguayennes. Chez les pilotes du Dakar, l’envie d’Amérique est intacte. L’exploration continue.

– Étienne Lavigne, Directeur du Dakar

DAKAR 2018 Parcours

The route – Dakar 2018


Discover the route of the 2018 Dakar Rally in details.

« Le retour au Pérou, pour un séjour plus long qu’en 2012 et en 2013, nous a ouvert la possibilité d’explorer des secteurs encore inconnus, de façon à goûter à tous les sables du pays et de lancer le Dakar sur des bases élevées.

Exigeante sur le plan physique, somptueuse en termes de paysage, la séquence bolivienne plongera les aventuriers dans le registre de l’endurance extrême.

Mais il restera encore des tests décisifs à passer en Argentine, où le Dakar atteindra son pic de difficulté, théoriquement sur l’étape de Super Fiambala. C’est là qu’il faudra briller pour triompher à Córdoba »

– Marc Coma, Directeur sportif du Dakar

Rallye Dakar: hard, responsive, progress, efficiency

« Que ce soit l’Argentine, la Bolivie, le Chili ou le Pérou, tous ces pays ont une vraie sensibilité écologique. Les gens qui dirigent ces nations ont bien conscience qu’ils ont des trésors naturels à valoriser pour attirer les touristes. C’est un vecteur économique très important.

Du coup, le Dakar ne va pas où il veut. Il est très encadré, avec des zones autorisées par les autorités locales et d’autres non. Les pays qui nous accueillent sont totalement impliqués dans l’organisation de la manifestation. Ils nous imposent des cahiers des charges draconiens sur la collecte des déchets, etc.

En France, nous avons souvent la prétention de savoir ce qui est mieux pour les autres que les principaux concernés. Mais dans ces pays, il y a une opinion publique, une presse, des détracteurs du Dakar… Tout cela compte beaucoup. »

Tout cela participe également à ce paradoxe qui veut que le Dakar soit énormément décrié en France alors qu’il est perçu positivement dans de nombreux pays étrangers.

Un paradoxe lié directement à cette « auto-phobie » très française, dont a souffert récemment aussi la Formule 1 et le retour d’un Grand Prix dans l’Hexagone.

Un courant de pensée contre lequel le Dakar ne peut lutter. Malgré ce message d’espoir de Lavigne : «Aujourd’hui, sur le Dakar, nous ne laissons plus d’épaves derrière nous, ni même le moindre pneumatique. Il y a du tri sélectif sur tous les bivouacs. Il y a tout un travail qui est mis en place. On peut organiser un grand événement qui a du sens, et qui a aussi le sens des responsabilités par rapport à l’époque que l’on traverse.

Donc je ne dis pas que le Dakar est écologique, j’affirme simplement qu’il est écoresponsable, qu’il sait ce qu’il fait et comment il le fait. Nous ne sommes pas à l’arrière-garde du combat sur ces problématiques environnementales. Sur certaines, je pense même que nous avons été des précurseurs. »

– Étienne Lavigne, Directeur du Dakar

Citations extrait via sport24

Le Dakar expliqué par le Directeur du Dakar

Les trois parties de ce parcours représentent un peu les difficultés que découvriront les pilotes durant la prochaine édition. Chaque pilote devra s’adapter non seulement à l’aspect sportif des étapes, mais aussi à la géographie de chaque pays, ses conditions météo. C’est un défi chaque jour que de changer sa façon de piloter et de l’adapter au contexte quotidien. C’est un travail d’adaptation très important pour chacun.



C’est un peu l’idée que de proposer chaque année un parcours différent, avec des contrées différentes, des géographies variées, et une nouvelle façon de courir. C’est un événement itinérant, et c’est pourquoi il a de nouveaux paysages, de nouvelles difficultés, c’est vraiment un besoin que de conserver l’intérêt de tout le monde.



« Un constructeur vient présenter sa technologie, son nouveau véhicule, montrer qu’il peut gagner, et lorsqu’il a gagné deux ou trois fois, c’est l’heure de faire des choses dans une autre discipline. C’est comme cela que procèdent Volkswagen, Citroën, Toyota, Mitsubishi et maintenant Peugeot. C’est un peu le cycle de vie normal pour un constructeur dans une discipline. »
– Étienne Lavigne

extrait via fr.motorsport.com

DAKAR 2018 spécificités sportives

Les aménagements apportés en 2017 en termes de navigation sont conservés, en particulier les WPC (way-points cachés), qui favorisent les capacités de lecture du road-book au détriment des fonctionnalités du GPS. L’accent est à nouveau mis sur la navigation et la régularité :
les piliers du rallye-raid.

Autos : à fond la nav’ dans les dunes

Les étapes péruviennes du Dakar 2018 se joueront essentiellement en hors-piste, l’un des terrains où l’on éprouve le mieux les capacités de navigation. Sur la deuxième spéciale, les autos auront exceptionnellement le privilège de s’élancer avant les motos. C’est donc sans l’aide des traces que les copilotes devront suivre et interpréter le road-book. Par ailleurs, sur certaines portions
de franchissement extrêmement relevées, les autos ne faisant pas partie de liste « Élite » pourront emprunter un itinéraire de déviation qui leur permettra de contourner les dunes tout en restant en course…au prix d’une très lourde pénalité. Ces « parallel ways » sont placés sur les étapes 2 à 5.

Marathon : double dose pour les motos

Le parcours 2018 comprend deux étapes marathon, qui exigent de la part des pilotes une vertu primordiale en rallye-raid : la gestion de l’effort. Entre La Paz et Tupiza (étapes 7 et 8), toutes les catégories seront concernées puisque les véhicules d’assistance ne sont pas invités au bivouac d’Uyuni. Puis entre Salta et Chilecito (étapes 10 et 11), les motos et quads seront dirigés vers un bivouac dédié, pendant que les autres catégories feront halte dans un bivouac traditionnel à Belén.

Super Fiambalá : la grande bataille

C’est précisément dans l’étape Belén-Chilecito (11) que sera organisée une grande confrontation entre les pilotes les plus rapides du rallye, toutes catégories confondues. Sur la base des temps réalisés la veille, l’ordre de départ pour la spéciale dessinée dans les dunes les plus chaudes d’Argentine mélangera les 10 meilleures autos avec les 10 motos en tête à Belén et les 5 premiers camions.

‘Original by Motul’ : aventuriers authentiques

Il y a sur le Dakar des jusqu’au-boutistes prêts à affronter le rallye dans toute sa difficulté. Engagés avec des moyens modestes, ils décident d’assurer eux-mêmes l’entretien de leurs véhicules,
avec comme unique ressource le contenu d’une malle transportée par l’organisation, et qu’ils retrouvent sur chaque bivouac. Après la piste et les dunes, une autre « journée » débute pour les malles-motos, désormais rebaptisés ‘Original by Motul’. Cette année, 28 de ces pilotes-mécaniciens sont attendus au départ de Lima (vs 19 en 2017).

Teaser – Original by Motul – Dakar 2018

Side by Side : acte II

Depuis l’édition 2017, un cinquième titre est en jeu sur le Dakar, que se départagent les équipages engagés sur les buggys légers, dont la cylindrée est inférieure à 1050cc. Le palmarès a été ouvert par le duo brésilien Leandro Torres – Lourival Roldan. Mais la concurrence sera plus dense en janvier prochain dans cette catégorie d’avenir, qui voit son effectif presque doubler cette année grâce à un nouveau règlement taillé sur mesure.

Dakar 2018 carte

Dakar - 2018 - route map - cover

Dakar – 2018 – route map – cover

Dakar 2018 étape par étape

The stage by stage route – Dakar 2018


Discover the stage by stage route of the 2018 Dakar Rally.

Dakar 2018 Infographie

Dakar - 2018 - infographie - rallye

Dakar – 2018 – infographie – rallye

Dakar - 2018 - infographie - media

Dakar – 2018 – infographie – media

Dakar 2018 Programmes

Le Havre… already the Dakar 2018


The day after the presentation of the 40th Dakar, the immense logistics system was already in place in Le Havre with the technical checks for the European vehicles, in the prelude for their embarkation on the Cosco Shengshi heading to Lima.


Sans avoir commencé à faire tourner le moteur, une bonne partie des véhicules du Dakar aura déjà parcouru plusieurs milliers de kilomètres, en tout cas ceux qui embarquent au Havre pour une transatlantique et un passage par le canal de Panama, direction Lima. Pour tous, l’objectif final se situe à Córdoba, le 20 janvier.


Jeudi 23 et vendredi 24 novembre 2017 – Le Havre, France

Vérifications techniques pour les véhicules européens, de course et d’assistance.
Embarquement sur le bateau affrété pour l’organisation, pour trois semaines de mer, jusqu’à Lima au Pérou, via le détroit de Panama.

Mardi 2 et mercredi 3 janvier 2018 – Port de Callao, Lima, Pérou

Récupération des véhicules au port de Lima.

Du mercredi 3 au vendredi 5 janvier matin – Base de LAS PALMAS, Lima, Pérou

Vérifications administratives et techniques.

Vendredi 5 janvier – Pentagonito, Lima, Pérou

Briefing assistance et course.

Samedi 6 janvier – Pentagonito, Lima, Pérou

Podium de départ pour la 1re étape « Lima/Pisco » de la 40e édition du Dakar 2018 (Pérou, Bolivie, Argentine).


Le départ du Dakar 2018 en images directement sur les dunes du Pérou #Dakar2018


Départ Dakar 2018

Samedi 6 janvier – Étape 1 / Lima – Pisco : 272 km – SS : 31 km

Un peu de sable show

Au Pérou, on entre d’emblée dans le thème majeur de la séquence qui s’ouvre pendant cinq jours : le sable. Pour commencer, la ration servira simplement à mettre en appétit les meilleurs spécialistes. Tous les autres devront surtout en profiter pour régler des automatismes spécifiques à ce pilotage. Une belle descente avant d’arriver sur les bords d’un lac exigera déjà de la finesse.


Dimanche 7 janvier – Étape 2 / Pisco – Pisco : 278 km – SS : 267 km

Parole aux copilotes

La boucle dessinée au large de Pisco comprend 90 % de hors-piste. Pour cet exercice de navigation, les autos auront le privilège de s’élancer en premier… privées des traces habituellement laissées par le passage des motos. Les risques d’enlisement seront réduits par la relative fraîcheur matinale, mais rien ne sera simple dans les canyons des 40 premiers kilomètres de spéciale, ni dans les dunes en escalier qui suivent.

Lundi 8 janvier – Étape 3 / Pisco – San Juan de Marcona : 502 km – SS : 295 km / MQ, 501 km – SS : 295 km

Avantage, « hors-piste »

À ce stade, les aguerris du Dakar se sentent encore à l’échauffement. Le défi du jour se joue majoritairement en hors-piste, sur un chott mais aussi au coeur de canyons. Les motos et quads s’écarteront pendant une quinzaine de kilomètres du tracé principal, sans augmenter la distance du jour. Les nouveaux-venus sur le rallye, dont certains auront déjà connu des difficultés, commenceront à perdre de leur fraîcheur !

Mardi 9 janvier – Étape 4 / San Juan de Marcona – San Juan de Marcona : 444 km – SS : 330 km

En rangs !

La plage où est déclenché le chrono se prête parfaitement à un départ en ligne, avec de belles rangées de 15 pour les motos, et des concours d’accélérations à 4 pour les autos. Après cette séance de sprint sur la plage, les pilotes s’attaqueront à l’un des secteurs sablonneux les plus longs jamais empruntés par le Dakar : 100 kilomètres au total, avec des dunes de toutes les tailles ! Les écarts peuvent se creuser sur cette spéciale, d’autant plus que le dernier canyon sera délicat à trouver…

Mercredi 10 janvier – Étape 5 / San Juan de Marcona – Arequipa : MQ, 770 km – SS : 264 km /
AC, 932 km – SS : 267 km

Chacun son tour

Spécificité du jour : les motos et quads d’un côté, les autos et camions de l’autre, débuteront leur course au petit matin sur les deux tronçons de spéciale au programme. Ce sont donc les équipages qui feront en premier connaissance avec le sable de Tanaca, enchaînant par exemple des montagnes de dunes
sur une trentaine de kilomètres. Pour tout le monde, la liaison pour rallier Arequipa sera longue.
Et l’arrivée au bivouac potentiellement tardive.

Jeudi 11 janvier – Étape 6 / Arequipa – La Paz : 758 km – SS : 313 km

On monte d’un cran

Le Dakar quitte le Pérou et le désert pour aborder la montagne. Les pistes deviennent rapides, laissant à peine le temps de jeter un coup d’oeil aux nombreux lacs qui se trouvent sur le parcours. Le départ du deuxième secteur chronométré sera donné sur les rives du lac Titicaca. L’entrée dans l’Altiplano bolivien impose aux pilotes et équipages de s’adapter à l’altitude : on navigue déjà à 2 500 mètres. La journée de repos dans la capitale du pays permettra de s’acclimater.


Vendredi 12 janvier – Journée de repos à La Paz, Bolivie

Journée de repos dans la capitale la plus haute du monde. En 2017, une foule impressionnante
de 1 million de personnes avaient accueilli les compétiteurs.


Samedi 13 janvier – Étape 7 / La Paz – Uyuni : 726 km – SS : 425 km / C, 669 km – SS : 368 km

Ça roule !

Le passage de la frontière s’accompagne d’un changement de logiciel, à installer d’urgence dans le disque dur des pilotes et copilotes. Dans ce nouveau décor, le kilométrage quotidien augmente et les dunes disparaissent temporairement du paysage. La vigilance reste de mise sur les pistes roulantes qui constituent l’essentiel du programme sur la route d’Uyuni. Une fois à la caserne, les véhicules sont en parc de travail, mais sans leurs équipes d’assistance pour cette étape marathon.

Dimanche 14 janvier – Étape 8 / Uyuni – Tupiza : 584 km – SS : 498 km / C, 558 km – SS : 380 km

Prétendants, comptez-vous

Le deuxième volet de cette étape marathon propose aussi la spéciale la plus longue du rallye avec près de 500 kilomètres. Avant de quitter l’Altiplano, les pilotes passeront un sérieux test dans des dunes d’altitude, à 3 500 m au-dessus du niveau de la mer. De quoi corriger ou creuser des écarts en tête de course : la poignée d’hommes ou femmes qui seront en mesure de remporter le Dakar sera maintenant connue.

Lundi 15 janvier – Etape 9 / Tupiza – Salta : 754 km – SS : 242km

Gare à la faute

Le programme de la journée est plutôt chargé pour rentrer sur le territoire argentin, mais la moyenne
du vainqueur sera certainement l’une des plus élevées de la quinzaine. Les pistes à négocier sont
par endroits sinueuses, mais globalement rapides. Ceux qui sauront se repérer dans les rios de différents gabarits pourront aussi maintenir une allure intéressante. Pour ne rien compromettre, il faut savoir rouler en confiance, sans s’exposer à la faute.

Mardi 16 janvier – Étape 10 / Salta – Belén : 795 km – SS : 372 km

Concours de nav dans les rios

Le Dakar connaît dans le détail cette région… mais pas encore les dunes que les pilotes auront à surfer sur le vaste plateau sablonneux qu’ils aborderont en première partie de journée. Sur leur route, ils croiseront les véhicules d’assistance qui cheminent en direction de Belén… et auront pour la première fois l’autorisation d’intervenir en spéciale. Mais attention, le chrono tourne ! Enfin, c’est un concours de navigation qui se jouera dans les croisements de rios en fin de spéciale.

Mercredi 17 janvier – Étape 11 / Belén – Chilecito : MQ, 484 km – SS : 280 km / AC, 746 km – SS : 280 km

Super Fiambalá

Si la chaleur s’en mêle, rendant le sable plus meuble, c’est très certainement la zone la plus délicate d’Argentine… et potentiellement le site de tous les exploits pour un homme en forme, Stéphane Peterhansel peut en témoigner. Comme en 2016, les temps de la spéciale de la veille serviront à définir un ordre de départ mélangeant motos, autos et camions pour les 25 plus rapides. Ce soir-là, les motards séjourneront dans un bivouac isolé, pour leur deuxième étape marathon.

Jeudi 18 janvier – Étape 12 / Chilecito – San Juan : MQ, 722 km – SS : 375 km / AC, 791 km – SS : 522 km

Plein les bras

La gestion physique sera la clé de cette deuxième journée en marathon pour les motards, dont les bras
ne seront pas épargnés par les centaines de virages et les passages caillouteux à encaisser. Dans cette journée à rallonge pour les équipages autos et camions, la lecture minutieuse du road-book
sera la seule garantie pour ne pas jardiner dans les rios.

Vendredi 19 janvier – Étape 13 / San Juan – Córdoba : MQ, 904 km – SS, 423 km / AC, 927 km – SS : 368 km

Garder son sang-froid

Les autos profiteront ici des dunes de San Juan pour commencer leur journée… mais auront aussi à traverser un passage de fesh-fesh qui éprouvera leur sang-froid. Les connaisseurs des pistes de la manche argentine de WRC trouveront ensuite un terrain à leur convenance, où il y a tout de même davantage à perdre qu’à gagner. Dans l’histoire du Dakar, les exemples de pilotes qui ont laissé échapper le titre à la veille de l’arrivée sont nombreux !

Arrivée Dakar 2018

Samedi 20 janvier – Étape 14 / Córdoba-Córdoba : 284 km – SS : 119 km

Vigilance jusqu’au bout

L’heure est à la célébration, pour les vainqueurs des différentes catégories mais aussi pour tous
les aventuriers qui achèveront le parcours de la 40e édition, dans l’une des villes du monde où la passion pour les sports mécaniques est la plus forte. Avant d’y savourer un « Fernando », le surnom que donnent les Cordobeses au cocktail national, il faudra d’abord traverser une trentaine de rios. Autant de pièges qui exigeront de maintenir jusqu’au dernier kilomètre un haut niveau de vigilance.

Samedi 20 janvier, Córdoba, Argentine – arrivée de la 40e édition du Dakar

Cérémonie de clôture et podium dans un format inédit, au coeur de la ville de Córdoba.


Source et images :
Amaury Sport Organisation, Dakar


Dakar 2018 – Programme TV FR

Programme TV avec horaires du Dakar 2018 du 6 au 20 janvier proposé France Télévisions


Dakar 2018 – Live Timleine

Rallye Live Dakar Timeline by DM Sport



Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

*