Vous êtes ici : DESIGNMOTEUR-SelectStarter » Blog Road - Carnet de route » Mes premières courses de nuit dans Need for Speed by EA Ghost Games & SpeedHunters. Découverte.

Mes premières courses de nuit dans Need for Speed by EA Ghost Games & SpeedHunters. Découverte.


Hey ! Après cinq années d’attente et d’espérance pour moi, le nouveau Need for Speed est arrivé ! Me souviens de mes courses EPIC poursuites dans le Need for Speed éponyme, au titre de Hot Pursuit ! Bref, on on est en 2015 et Ghost Games revient dans la course. GG livre leur copie numérique. Alors déjà, on peut oublier tout ce que j’ai apprécié dans « mon » Need for Speed de 2010 et même celui des années début 2000, avant les NFS Underground ! Un certain dénommé Conduite en état de liberté, par exemple ! Eh bien, avec ce NFS 2015, on passe à autre chose. Je vous le dis à toi, mais je n’ai joué qu’à la démo des premiers NFS U. Et à l’époque, je n’avais pas retrouvé « mes » sensations. Car, pour moi NFS c’est la McLaren F1 la road-car des années 1990, la Jaguar XJ220, et c’est surtout ça en fait. Ah si quelques Porsche de flics ou des Cops en auto from USA, on s’appelle pour poser des barrages ou positionner des herses sur la routes des adversaires fuyants, et surtout on stop nos adversaires avec notre seul dose de pilotage et de réflexes.

A savoir avant de lire mon article à propos mes 1ères courses de nuit dans Need for Speed

Bon ça c’est pour te remettre dans « mon » contexte. Et pour ceux et celles qui ont pas connu « mon » âge d’or des Need For Speed. C’est à dire ? Des courses sur circuits et sur routes ouvertes ! Mais pas de map ou de cartes à explorer. Non, via un menu il fallait sélectionner un endroit et choisir le circuit. Et selon, on était le glorieux poursuivi ou le faste poursuivant. Dans les premiers NFS, les pistes avaient un réel ‘level design’ varié avec des vraies différences des environnements : neige, désert, route d’Europe, USA, etc. Mais voilà, NFS 2015 est un reboot.

Et quel reboot ambitieux. Même si il n’a pas le nom Underground, on sera d’accord pour dire que ce NFS 2015 est légitimement un NFS U3. Mais avec une certaine modernité autant par la technologie embarquée sous le capot. Coucou Frostbite Engine. Mais, surtout le jeu et tout son contexte est dans son temps. Ainsi, on a un Need for Speed tout connecté, cc les serveurs d’EA. Mais dans le jeu, c’est à prendre comme une expérience assez inédite. Beaucoup d’appréhension en premiers lieux.

D’ailleurs, finalement, je n’attendais rien et beaucoup de ce nouveau NFS. En septembre, j’avais eu l’occasion de tester un Forza pour la première fois avec Forza Motorsport 6. Et, je ne vais étonner personne mais ce sont deux jeux dont le seul point commun est de faire des courses. Pour le reste, on peut apprécier les deux ou les détester, mais, dans tous les cas, ils sont différents en tous point. Et ces deux jeux offrent deux expériences de gameplay inédites. En fait, pour moi, FM6 est NFS (du temps dans années 90) next-gen par le choix des automobiles Gran Turismo et par les circuits. Car, oui c’est grâce à FM6, que j’ai retrouvé les sensations de vitesses et de course sur un ovale, route penché, en GT, adversaire roue dans roue, à près de 300 km/h.

Bah, avec ce NFS 2015, rien de tout ça. Et ni de courses poursuites épiques à l’horizon en tant que flic. Donc, voilà pourquoi, j’appréhendais beaucoup ce jeu. Déjà j’appréhendais Forza du fait que la conduite simulation, je ne suis pas habitué et je suis loin de pouvoir conduire sans aide de type ABS, ESP, TCS en off ou autres trucs à la Forza Motorsport, pourtant obligé en off sur circuit ou pour faire partie du top du top. Et on en parle de la boite manuelle… sur manette, je n’ai pas du tout l’habitude et pas envie de gérer ça. Tant que j’arrive à avancer dans le mode carrière en niveau moyen, découvrir des circuits très connus, encore inconnus pour moi, ou encore piloter une Peugeot GTi, une Jaguar F-type et une McLaren P1, ça me va. Et bien dans ce NFS 2015, on a rien de tout cela.

Voilà, tout ce que n’est pas ce Need for Speed 2015. Alors qu’est-il donc ? J’y viens.

Mon intuition de passionné auto et de jeux vidéo me conseilla de ne pas s’inscrire à la Beta Test du jeu, en octobre. Et puis, de toute façon, à cette période, limité sur 3 jours de jeu si on est sélectionné, bah j’avais trop d’articles à publier sur DESIGNMOTEUR. Et puis, surtout, je n’avais pas envie de découvrir un jeu pas fini ou avoir une mauvaise expérience du fait des désynchros serveurs ou autres éléments inhérent à une Beta Test. Au mieux, j’attendais une démo. Genre, une démo digne de celle de Forza qui m’a clairement convaincu de claquer ce qu’il faut pour pouvoir jouer à Forza, une semaine avant l’IAA. Car après, je n’aurais pas eu le temps de poser les mains sur le volant… ma manette surtout. Pour ceux et celles qui se demande, l’IAA c’est le Salon Auto de Francfort. Donc, encore des articles à publier. Bref, revenons à nos NFS. Et nous ne précipitions pas sur la démo de NFS. Ah mais il n’y a pas demo en fait. Ah ok. Bon. Alors reste les Tests ou les vidéos sur le Web pour se faire une idée et un premier avis. Alors, autant j’ai lu le test de JV.com (ma référence depuis toujours, que celles et ceux qui ont connu l’ETAJV me comprendrons) et le test de Gamekult… site que je n’ai jamais trop apprécié en fait. Je vous laisse aller les lire, si vous avez envie. Tous ce que je sais, c’est que l’appréhension est monté d’un cran.

Et puis, il y a Kijooki. Qui est Kijooki ? Une joueuse, Gameuse, Pilote professionnelle sur Need for Speed, pour découvrir ses vidéos #NeedforSpeed c’est là YouTube.com/Kijooki. Et son NFS préféré est NFS Hot Pursuit de 2010. Comme moi. Et on sait que le team à l’œuvre de ces deux NFS, celui de 2010 et de 2015, est Criteron/GhostGames/EA. Et vu l’enthousiasme de Kij’ depuis la Gamescom 2015, je reste enthousiaste. Ses vidéos Gameplay ont gardé cet enthousiasme au-dessus de mon appréhension chaque semaine, quasi, jusque la sortie du jeu.

Et puis, il y a SpeedHunters derrière qui veille. Donc, un team célèbre de passionnés qui présente des articles et des photos incroyables d’automobile de course à fond ou custom à fond, aux quatre coins du monde, je ne peux qu’être enthousiasme. Et voir les autos vu en photos IRL, dans ce jeu. c’est inédit. Et voir les icônes de la car-culture dans le jeu, tel que Magnus Walker ou Ken Block, ou Morohoshi-san, avec leur propre voitures custom, c’est inédit !

Et puis, il ya la liste de voiture. Vu qu’il y a une certaine McLaren, ici la 570S, c’est à la fois super et inédit. Et oui, la 570S est pour la première fois dispo dans un jeu de caisses de course. Bon je ne m’imagine pas tuné une McL, ni une Ferrari, ni une Lambo, ni… bref. En fait, changeons d’état d’esprit. Et si, on en profite justement. Bon on verra dans le jeu.

En France, le jeu est dispo depuis le 5 novembre, à 00h01. Eh bien, NFS 2015 est donc mon 3ème jeu depuis 2010. Oui, il y a une période sans jeu vidéo pour moi de 2010 à 2015, en tant que Gamer. Ainsi, après, The Witcher 3, Forza 6, voilà Need for Speed. Eh bien, vous savez quoi, je résume ce NFS à cela : des superbes autos dans le monde ouvert et dangereux de The Witcher… Enfin surtout pour la liberté d’exploration. Et pour le fait de se dire, ah tiens encore une mission à faire ou un contrat à terminer et je stop. Et les heures passent. Et bien là, c’est à tiens encore une course à faire ou un appel à passer et je stop. Et les heures passent. Chose que, avec Forza, après 2 heures de jeu/conduite/pilotage pour jouer, on est …, disons que l’on veut faire autre chose. Alors que, avec The Witcher 3, on tient 5 heures de jeu, avec quelques pauses, mais on les fait, dès que l’on peut. En même temps le scénario fait tel une série TV que l’on veut voir la suite. Et là, on n’a pas à attendre. Et là, on construit la suite. Et si je parle autant de TW3, c’est que je qualifierai de ce NFS 2015, comme un action-RPG pour role-playing games. Eh oui, pour moi, ce NFS est un race-RPG. Tous les éléments du RPG sont là. J’y viens.

Pour le reste, le studio CD Projekt RED a fait un tel job que ce TW3 est un chef d’œuvre, tel que j’en parle, après 3 mois, dans un test de NFS. Bon, cet article n’est pas un test en fait. Je raconte mon exp’ de Gamer hyper-passionné auto.

Maintenant, rentrons dans le vif du sujet.

Mes 1ères courses de nuit dans Need for Speed

5 novembre, 00h20, je regarde la console, et je me dis, ah, NFS doit être dispo. Allumage et notification du Home comme quoi NFS est disponible, prêt à jouer. Go ! Tonight we Ride!

Ecran de chargement. Loading Progress. Logo Need For Speed. Logo de Ghost Games, et d’EA. On y est. It’s in the Game. I’m in the Game, comme un certain dénommé Ken block, ou un Magnus Walker, entre autre.

Need For Speed Official Launch Trailer


Tonight we Ride! Coming Nov 3rd to North America and Nov 5th Worldwide.


00h25, le launch trailer donne le ton et on découvre un Need for Speed, inédit. Tant dans son jeu que dans son contexte de jeu. Il faut imaginer que l’on participe aux discussions, en tant que spectacteur d’une série TV. Emmené par nos potes, notre Crew du moment, apparemment. Première course, on nous demande de venir au garage, le lieu qui nous accueille.

Et hop, à nouveau cinématique, avec le moteur du jeu, et à la fois photo-réaliste, avec des vrais acteurs, apparemment. Et, ça va, la VF reste sympa à entendre. Mais ça surprend, si on s’attend à un jeu de voiture. Car là, le jeu nous propose à la manière d’un RPG tout une cinématique entre chaque mission. A vrai, dire, autant dans un Forza, même si le mode carrière est bien fait… au bout 10 courses… tu passes à autre chose. Et tu retourne dans le jeu, sur les pistes, quelques jours après. Dans The Witcher 3, quand Leliana …euh ça c’est Dragon Age… quand Triss ou Yennefer, t’incite à chercher Ciri, « notre » fille, on n’hésite pas. Et on enchaîne mission sur mission. Heure après heure, quitte à faire tout Novigrad. Et bien là, bon ce n’est pas du tout le même enjeu. Mais, pour le seul plaisir de faire la course, on a envie d’explorer le tout Ventura Bay. Et de découvrir, pourquoi, Manu, Robyn, Amy, Spike et Travis, sont là, ce qui nous trouve et nous veulent… Et si je suis capable de citer leurs noms sans hésiter, c’est que mon nouveau téléphone portable virtuel me les rappelle tout au long de mes entre deux courses… voire en course… ahah. Ceci est un jeu.

Bienvenu en 2015. Need for Speed est tout connecté. Autant hors du jeu, connexion permanente, que dans le jeu avec ce téléphone qui capte la 5G qui te permet d’afficher la carte de Ventura Bay, les routes, les courses et objectifs, et les coins à découvrir. Comme un RPG quoi. Un peu comme Test Drive Unlimited, pour ceux et celles qui ont connu les routes à Hawaii, en auto ou moto, en 2007 ! Et ça c’est cool ! Au moins, on peut conduire en état de liberté dans les districts de Ventura Bay, tranquille, ou pas. Car, si on manque un RDV, notre tel nous le rappellera. Soit, via un message si on décroche pas, soit une petite phrase qui t’invite expressément à rejoindre Manu, ou Robyn, ou Amy, ou Spike ou Travis… pour faire partie de leur Crew. Et faire des courses, et gagner des thunes, de quoi s’acheter au moins 5 véhicules pour remplir notre garage, parmi le choix de 50 cars. Et améliorer les performances du moteur des unes et les pièces customs des autres ou encore les personnaliser à coup de graph’, de tags, de stickers, ou de peintures !

Du coté des éléments custom, Ghost Games à piocher dans le monde réel, et pour nous proposer, des éléments fournit par des fournisseurs préparateur reconnus ! Bon, ceux et celles qui sont proches de la car-culture et du monde de la custom, connaitrons. Pour le passionné de base, de voiture, ça lui ne dira pas grand-chose. Pour celui ou celle qui connait au moins SpeedHunters, ça ira, de nom. Et pour l’individu ou le groupe passionné, il remerciera avec joie les teams respectifs.

Car là, je dois dire, que l’aspect mécanique est bien foutu, pour un jeu, avec un descriptif complet et des remarques propre aux marques de l’Aftermarket Brands. Ceux-là même qui expose lors du SEMA Show par exemple ! C’est génial pour découvrir les œuvres de Rocket Bunny, de Chargespeed, Vörsteiner, KM4SH, RTR… et pleins d’autres. Par exemple, il n’y qu’avoir le choix proposé en terme de pneus Perf’ parmi une dizaine de fabriquant ! Et pas de Pirelli, ni de Michelin ! Que des noms exotiques, apparemment connus dans leur domaine, tel que Falken ! Bref. Welcome to SpeedHunters world ! Et qu’une chose à dire, c’est rafraîchissant !

Need for Speed - screen photo - BRZ - personnalisation - pneus mon premier choix / my first tyres choice - Falken

Need for Speed – screen photo – BRZ – personnalisation – pneus mon premier choix / my first tyres choice – Falken

Apparté necessaire : Falken a créé une voiture de course en collaboration avec Nissan, la Nissan Skyline Falken R34 GTR. L’entreprise a ensuite fait équipe avec Ford en 2005 pour créer une voiture de drift, la Ford Falken Mustang GT pour le pilote Vaughn Gittin Jr. Et ce pilote roule avec Ken Block. Donc m’voyez : Speedhunters – Car Culture at Large ! C’est tellement ça ce NeedforSpeed !

On a là un jeu de course inédit, fait par des passionnés, comme Forza, mais avec un autre aspect, un autre monde. Celui de l’Aftermarket, celui du drift, celui des courses urbaines, celui de Fast and Furious, encore plus prononcé et plus professionnel… oublions les cascades d’immeubles ou irréaliste mais spectaculaires, ici au mieux, on fait des épreuves de type Gymkhana.

Welcome to Underground world, avec des courses de nuit. Des autos de couleurs fluo, des voitures tunés avec bon goût, ou mauvais goût… « Les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas » askip.

Concernant les voitures, on peut se faire plaisir, autant par ceux et celles qui apprécie le tuning et le drift, que par ceux et celles qui admire les constructeurs. Parmi les constructeurs qui ont répondu présent, citons : Acura, BMW, Chevrolet, Dodge, Ferrari, Ford, Honda, Lamborghini, Lotus, Mazda, McLaren, Mercedes-Benz, Mitsubishi, Nissan, Porsche, Scion, Subaru, Toyota, Volkswagen, Volvo. Et on a autant quelques anciennes des années 90, que des modernes de 2015, ou des voitures de notre génération, celle de qui ont regardé Auto Moto et Turbo le dimanche matin 😉 et quelques voitures vu dans Direct Auto ou Top Gear France ! NFS s’offre même le luxe de nous permettre de découvrir en avant-première, virtuelle, la BMW M2 ou la McLaren 570S, comme l’a fait Microsoft et Ford avec la Ford GT next-gen.

Quant à la partie mécanique, il y a de quoi faire. Alors, oui, ça reste simpliste, le tout d’aller encore plus vite pour finir premier. Mais le principe est de prendre plaisir à faire la course et de retrouver ses sensations de Need for Speed !

Bon, j’ai un appel. Enfin cinq, en fait. Manu, Robyn, Amy, Spike et Travis, ont chacun appelé à leur tour pour m’inviter à faire une course, un défi, ou un challenge, ou à dîner entre potes au fast-food type USA vu dans séries TV, ou aller au Billard, ou d’aller au Garage, ou d’aller faire un tour dans Ventura Bay. Et, il y a même un type qui nous laisse des messages de défi qui incite à jouer les hors-la-loi et à titiller les flics qui nous attende au tournant, prêt à nous défoncer la tôle ! Eh oui, NFS reste un jeu. Le jeu qui permet de course-poursuiter à 200 km/h tout en finissant une course, sans se faire stopper. Et voilà comme la progression du jeu avance, et comment notre skill évolue, répartis en 5 manières de jouer : Speed, Style, Build, Crew, and Outlaw.

Need for Speed - screen photo - 2015 - ma progression : 16%, 5h de jeu, dont 2h à regarder les éléments custom, moteur et un temps à passer à peindre.

Need for Speed – screen photo – 2015 – ma progression : 16%, 5h de jeu, dont 2h à regarder les éléments custom, moteur et un temps à passer à peindre.

Après un tour par les rues ou l’autoroute, on arrive à destination. Et il y a le choix, via la carte, soit afficher l’itinéraire, soit la téléportation. Eh oui, comme dans TW3, on choisit Ablette notre fidèle monture pour nous entrainer à gagner toutes les courses de chevaux, soit on va vite fait à l’endroit indiquer pour continuer. Même principe, univers et chevaux différent, même objectifs, même plaisir, même difficultés, même challenges, même soûleries (mix entre connerie et ça me soûle d’avoir loupé un embranchement ou de s’être pris un obstacle) Mais bon c’est le jeu, et après une fois, on recommence le course, et c’est bon pour la prochaine.

Need for Speed - screen photo - Xbox one - Pad - FR

Need for Speed – screen photo – Xbox one – Pad – FR

Ah tiens, un truc assez original. Dans ce NFS, il n’y a pas de pause. Donc, en fait, dans le jeu, le menu, etc. la course, on ne peut pas la recommencer. Y a pas le choix de menu : restart the race. Y a même pas de menu en fait. Pour recommencer, la course, il faut la finir, quel que soit le déroulé malheureux ou glorieux. Puis, retourner à l’endroit du départ. (Il me semble que c’est comme ça, car la touche Start ramène le joueur au menu d’entrée du jeu, pour visionner nos photos, entre autre, et la touche Select dégaine notre supertélephone ou la carte des lieux) Cela déroute comme procédé, mais à la limite, tant mieux. Car dans Forza, on peut user voire abuser du Rewind. Ce qui permet de rembobiner notre connerie effectué sur la portion du secteur du circuit et/ou arriver avec une meilleure trajectoire, ou éviter un accrochage. Et bien là, dans NFS, on fait avec. Et finalement tant mieux. Car, au moins, on conduit, de nuit, pour faire au mieux, avec le risque présent tout le temps. Citons, le fait de légèrement louper son virage, et si on est premier, on se prend le train-drift des 3 premiers en plein la caisse. Car les adversaires sont sur des rails et ne t’évite pas. Boom. Alors, on fait avec.

Tant que l’on finit la course, le premier ou dans les trois premiers, on continue.

Need for Speed - screen photo - Start to P1

Need for Speed – screen photo – Start to P1

Tant que l’on a envie de recommencer à faire une nouvelle course. C’est l’essentiel.

Tant que l’on a soif d’entendre notre moteur qui a connu quelques améliorations grâce à Amy, c’est cool !

Et tiens, vu que je cite, un prénom, c’est que le jeu fait aussi fort qu’une série TV, on se souvient des personnages, dès le premier épisode passé. Et c’est ça qui est inédit et moderne dans son concept et son contexte. Ça et le Smartphone qui sert de menu du jeu et d’outil pour nous guider autant au garage qu’à l’extérieur.

Le tout parfois, est de laisser sonner, sans se préoccuper pour le moment, et de se la jouer solo pour finir la course, ou en groupe avec son Crew. Et là par contre, après la course, le téléphone fait genre talkie-walkie moderne entre ses teamates du moment, qu’il soit in Game ou IRL, salutations @Starsystemf via Xbox Live et son système sympa du GamerTag à la manière des Drivatars dans Forza. Le téléphone dans NFS permet aussi de recevoir des notifications de l’arrivé de nouvelles pièces pour améliorer les performance de son auto. Finalement, on a autant de notif’ in Game que In Real Life … en virtuel… via les réseaux sociaux ! :p

Need for Speed - screen photo - challenge

Need for Speed – screen photo – challenge


En complément, Je cite, ci-dessous, un extrait du test publié sur JV.com avec qui je réponds qu’une chose : +1

« On retrouve donc une ville qui ne semble vivre que de nuit (voire à l’aube), que l’on peut arpenter en long, en large et en travers au volant de nos bolides préparés maison. Sans être particulièrement grande, la ville, qui imite vaguement Los Angeles, est plutôt bien construite. Elle est divisée en plusieurs zones facilement identifiables : le centre financier et ses longs boulevards lumineux ; la zone industrielle piégées par de nombreuses zones de travaux ; le port et ses ruelles sombres remplis d’obstacles imprévisibles… Et puis il y a les collines entourant la ville, dans lesquelles serpentent de nombreuses routes où se succèdent les virages à 90°. Si certaines zones font extrêmement penser aux deux premiers Underground, les collines elles rappellent automatiquement Carbon et ses duels hyper stressants dans les canyons de Palmont City. Bref tous ces lieux ont quelque chose à proposer, sur le plan esthétique bien entendu mais surtout dans ce qu’ils imposent en termes de conduite. Le tout est plutôt cohérent et donne envie d’explorer toujours plus la carte, qui est remplie de raccourcis et de petits secrets à dénicher. »

« Need For Speed est un jeu de course arcade qui s’assume complètement. Après avoir passé les derniers mois qui ont passé sur des jeux comme Project CARS ou Forza Motorsport 6, j’avais oublié ce que signifiait « course arcade » : je calculais mes distances de freinage, freinais avec précaution.. avec comme résultat un enchaînement de défaites ! Mais Need For Speed, c’est comme le vélo : on n’oublie jamais vraiment. »

– @Epyon pour JV.com


Mon debrief après mes 1ères courses de nuit dans Need for Speed

Pour le reste, saluons la Direction Artistique.

Need for Speed - screen photo - sunrise

Need for Speed – screen photo – sunrise


On peut passer des heures à regarder chaque pièce custom de l’Aftermarket et éléments moteur.

Avant :

Need for Speed 2015 - screen photo - 2014 BRZ - constructeur - stock / no custom

Need for Speed 2015 – screen photo – 2014 BRZ – constructeur – stock / no custom

Après :

Need for Speed - screen photo - BRZ amélioration bloc moteur / performance parts: engine

Need for Speed – screen photo – BRZ amélioration bloc moteur / performance parts: engine


Ou encore, réveiller le graphiste en soi, pour créer une livrée exemplaire via des stickers ou via les teintes choisies.

Need for Speed - screen photo - BRZ - personnalisation - atelier peinture / paint car custom / avant / front

Need for Speed – screen photo – BRZ – personnalisation – atelier peinture / paint car custom / avant / front

Need for Speed - screen photo - BRZ - personnalisation - atelier peinture / paint car custom / arrière / rear

Need for Speed – screen photo – BRZ – personnalisation – atelier peinture / paint car custom / arrière / rear


Et si, tu es, passionné auto, et graphiste, et fasciné par cet univers du drift, Underground, de la car-culture, alors ce NFS est fait pour toi. Moi, finalement, ce NFS l’est. Au final, on prend ce nouveau NFS avec ses qualités et ses défauts.

7h56. Bon, sur ce, allons dormir, y en a qui bosse.

Et pendant ce temps, je t’invite toi lecteur à me faire part de tes impressions après quelques heures jouer à piloter sur ce Need for Speed by EA Ghost Games & SpeedHunters, via les commentaires ci-dessous ! Et aussi peut-être, on se verra In Game via nos Need-for-Speed-Drivatar.


MAJ 07/11/2015 :
Need for Speed : Speed Hunters et Underground Pursuit …en état de liberté !.. The best NFS. Ever.



Comments are closed.