Vous êtes ici : DESIGNMOTEUR-Auto » Photos » Photos de la Traversée de Paris hivernale 2021 de quelques véhicules épiques d’époques

Photos de la Traversée de Paris hivernale 2021 de quelques véhicules épiques d’époques


La Traversée de Paris hivernale s’est tenu ce 31 janvier 2021, une grande balade automobile de 2h30 dans Paris pour 700 véhicules. Organisée par l’Association « Vincennes en Anciennes » et placée sous le patronage de la FFVE (Fédération Française des Véhicules d’Époque), la Traversée de Paris est le tout premier rassemblement de véhicules anciens de l’année. Près de 714 véhicules dont 580 autos, 89 motos, 41 vélos, 3 bus et 1 tracteur ont répondu présents. Découvrez des magnifiques images de quelques véhicules épiques d’époques prises par le photographe Ludo, Team D[M], lors de la TdP (Traversée de Paris) hivernale 2021, aux alentours de la Concorde.

Photos auto de la Traversée de Paris hivernale

Porsche classic cars - Traversée de Paris Hivernale - 2021 - photo Ludo Ferrari

Porsche classic cars – Traversée de Paris Hivernale – 2021 – photo Ludo Ferrari

En 1974, seul le moteur 2,7L est commercialisé, en trois versions ; 150, 175 et 210 ch. Cette dernière version dénommée Carrera reprend exactement la motorisation de la 2,7 L RS de 1973. Dès 1974 jusqu’en 1977, Porsche va parallèlement commercialiser des voitures avec la motorisation 2,7 L et avec la motorisation 3,0 L dénommée Carrera 3,0 L et développant 200 ch.

Dès 1975, Porsche va produire une 911 turbocompressée dont la dénomination usine sera 930. Au départ cette voiture est prévue pour être fabriqué à 500 exemplaires en vue d’une homologation en groupe 5 FIA, mais devant l’engouement suscité par ce modèle, l’usine de Zuffenhausen décide d’augmenter la production.

La carrosserie restera semblable aux autres modèles de 911 avec simplement des ailes plus larges dues à un élargissement des voies avant de 60 mm et des voies arrière de 120 mm. Ce modèle est en outre équipé d’un large spoiler arrière assurant une portance négative à haute vitesse, en combinaison avec un nouveau becquet avant.

La 911 SC (Super Carrera) était propulsée par un moteur 6 cylindres opposés à plat de 3,0 litres, dont la puissance fut légèrement augmentée au fil des ans.

Afin de conquérir le marché américain, Porsche doit modifier la structure de carrosserie de ses voitures afin d’intégrer les spécifications de sécurité en vigueur aux États-Unis. C’est ainsi que les pare-chocs sont redessinés, en y intégrant une fixation sur des tubes déformables en cas de chocs mineurs. Ces pare-chocs sont terminés aux deux extrémités par une pièce de caoutchouc en forme d’accordéon ce qui va donner le sobriquet de Porsche à soufflets pour tous les modèles de 1974 à 1989 appelés aussi « type G ».

Porsche heritage - Traversée de Paris Hivernale - 2021 - photo Ludo Ferrari

Porsche heritage – Traversée de Paris Hivernale – 2021 – photo Ludo Ferrari

Ferrari 250 GT Lusso - Traversée de Paris Hivernale - 2021 - photo Ludo Ferrari

Ferrari 250 GT Lusso – Traversée de Paris Hivernale – 2021 – photo Ludo Ferrari

La Ferrari 250 GT Lusso, parfois dénommée GTL ou GT/L. Fidèle à la « tradition » Ferrari de l’époque, la 250 GT Lusso est dessinée par le carrossier turinois Pininfarina et carrossée par Scaglietti.

Ferrari profite ainsi de l’édition 1962 du Salon automobile de Paris pour dévoiler, sous forme de prototype, sa 250 GT Lusso.
Comme à son habitude, la société Carrozzeria Scaglietti est chargée quant à elle de la fabrication de la carrosserie. Cette dernière est réalisée en acier à l’exception des portes, du couvercle de coffre et du capot moteur, conçus en aluminium. Le capot arrière de la carrosserie, dans laquelle est sculpté un petit aileron.

Animée par le moteur V12 Colombo d’une cylindrée de 3.0L, la 250 GT Lusso développe une puissance de 240 ch. à 7500 tr/min et 242Nm de couple à 5500 tr/min.

Bien qu’elle ne soit pas destinée à la compétition, la 250 GT Lusso fera quelques apparitions dans plusieurs épreuves sportives en 1964 et 1965, telles que la Targa Florio et le Tour de France.

Ferrari Testarossa - Traversée de Paris Hivernale - 2021 - photo Ludo Ferrari

Ferrari Testarossa – Traversée de Paris Hivernale – 2021 – photo Ludo Ferrari

La voiture Ferrari Testarossa, avec sa ligne, une œuvre de la fime Pininfarina, caractérisée par la partie arrière remarquablement élargie, dominée par les grands phares rectangulaires déguisés par la présence d’une épaisse série de barres horizontales peintes en noir et les grandes grilles latérales.

Partant d’une une base de châssis et de structure de Ferrari 512 BB, la carrosserie est dessinée par le designer historique de la marque, Sergio Pininfarina, avec Leonardo Fioravanti (chef designer) et son équipe Ian Cameron, Guido Campoli, Diego Ottina, Emanuele Nicosiade.

La mécanique affinée est un traditionnel moteur 12 cylindres en V à 180° de 4.9L et a bénéficié d’une nouvelle culasse à quatre soupapes par cylindre, qui produit 390 ch.

Réalisée en aluminium léger (sauf portes et pavillon), le véhicule d’époque est fabriquée en série par Scaglietti, avec des phares escamotables, d’importantes entrées d’air de refroidissement latérales situées dans les portières et les ailes arrière, et capot moteur à l’arrière en forme d’aileron de deux mètres de large, lequel améliore son excellente tenue de route à haute vitesse. L’habitacle intérieur de ce coupé deux places, très sobre, est habillé de cuir.

Présentée au Lido de Paris sur les Champs-Élysées en avant première du Mondial de l’automobile de Paris 1984, la Testarossa va connaître un succès commercial jusqu’en 1996. La Ferrari Testarossa a fait de nombreuses apparitions à la télévision, au cinéma, dans les clips et jeux vidéo, ou dans les mangas.

Ferrari 308 GTS QV - Traversée de Paris Hivernale - 2021 - photo Ludo Ferrari

Ferrari 308 GTS QV – Traversée de Paris Hivernale – 2021 – photo Ludo Ferrari

Le principal signe distinctif de cette version QV (quattro valvole) sera l’ajout de longues portées et du logo Cavallino Rampante dans la grille de calandre.
La version à 4 soupapes par cylindre équipera les deux versions GTS. Cette évolution mécanique verra la puissance du moteur revenir à 240 ch. à 7000 tr/min.

Le vif succès remporté par la Dino 246 GT/GTS avait convaincu Enzo Ferrari qu’il existait un marché non négligeable pour des modèles moins purement sportifs et moins élitistes que ceux proposés jusqu’alors. Réservant l’appellation Dino, qui lui était très chère, pour les modèles moins sophistiqués, Enzo Ferrari accepta le projet de la ‘308 dont il confia l’étude de la carrosserie au maestro Pininfarina.

La Dino 246 GT/GTS (24 pour 2,4 Litres, et 6 pour 6 cylindres) est une voiture de sport GT, du constructeur automobile italien Dino (filiale de Ferrari, dénommé du prénom de Dino Ferrari , fils aîné d’Enzo Ferrari. Présentée au Salon international de l’automobile de Genève 1969, et produite à 3761 exemplaires de 1969 à 1974.

Dino 246 GT - Traversée de Paris Hivernale - 2021 - photo Ludo Ferrari

Dino 246 GT – Traversée de Paris Hivernale – 2021 – photo Ludo Ferrari

AC Cobra Shelby - Traversée de Paris Hivernale - 2021 - photo Ludo Ferrari

AC Cobra Shelby – Traversée de Paris Hivernale – 2021 – photo Ludo Ferrari

Le pilote texan Carroll Shelby veut développer une voiture américaine capable de battre les Ferrari en catégorie GT.

À partir de 1965, Shelby produit la Cobra 427 avec un châssis dont le diamètre des deux tubes maîtres passe de 3 à 4 pouces, des voies élargies, des ailes gonflées pour accueillir des pneus plus larges, et surtout de nouvelles suspensions, à bras superposés et combinés ressorts/amortisseurs, en remplacement des ressorts à lames transversaux des 289. Elle est équipée d’un moteur V8 de 427 ci (cub inch), soit 7L, développant 410 ch. et un couple important pour un poids de 1140 kg environ.

C’est aujourd’hui la voiture de sport la plus « répliquée », parfois avec une exactitude totale, et par Shelby lui-même, sous forme de « continuations », après l’épisode de l’AC « Mark IV » produite à la fin des années 1980 jusqu’au milieu des années 1990 par Brian Angliss, qui avait acquis les droits et l’outillage d’AC. On trouve aussi de nombreuses répliques livrées en kit.

Bizzarrini GT America - Traversée de Paris Hivernale - 2021 - photo Ludo Ferrari

Bizzarrini GT America – Traversée de Paris Hivernale – 2021 – photo Ludo Ferrari

La firme Bizzarrini était un fabricant italien d’automobiles dans les années 1960, fondé par l’ancien ingénieur d’Alfa Romeo, Ferrari et ISO, Giotto Bizzarrini. La société a construit un petit nombre de voitures de sport et de course très développées et avancées avant d’échouer en 1969. Parmi les modèles remarquables on trouve la 5300 GT Strada et la P538S.

En 1966, Bizzarrini sortit une superbe « street legal » Grifo A3C nommée Bizzarrini 5300 GT Strada (ou Bizzarrini 5300 GT America, selon le marché). La 5300 GT est propulsé par un moteur Chevrolet small-block 327ci Corvette de 365 ch., 385 ch. ou de 400 ch. pour la version course.

Lancia Beta Monte Carlo - Traversée de Paris Hivernale - 2021 - photo Ludo Ferrari

Lancia Beta Monte Carlo – Traversée de Paris Hivernale – 2021 – photo Ludo Ferrari

La Lancia Beta Montecarlo est née en 1975 d’une étude de style du carrossier Pininfarina. Présentée au Salon de Genève 1975, cette étude était destinée à Fiat pour assurer le remplacement de la Fiat 124 Coupé. Le premier prototype portait le nom de code usine Fiat X 1/8 en 1970 qui devient X 1/20 en 1974.

Le groupe Fiat, qui avait racheté Lancia en 1969, a voulu rapidement relancer la marque et lui attribua ce coupé afin de compléter l’offre de la berline Beta.

Sous le nom Montecarlo écrit à l’italienne, en hommage aux innombrables victoires des Lancia dans le célèbre rallye, le moteur était une évolution du deux litres Fiat à deux arbres à cames en tête développant 118 ch.

Une voiture de rallye appartenant au groupe B, la Lancia 037, a été dérivée du Monte Carlo. Le 037 a fait ses débuts en 1982 et a remporté le championnat du monde des constructeurs en 1983. De même que pour le Montecarlo Turbo, le 037 n’a conservé que la partie centrale du châssis du Montecarlo, avec un moteur suralimenté par un compresseur volumétrique et disposé longitudinalement au lieu de transversalement.

Ford Mustang - réplique officielle herocar Un homme et une femme - Traversée de Paris Hivernale - 2021 - photo Ludo Ferrari

Ford Mustang – réplique officielle herocar Un homme et une femme – Traversée de Paris Hivernale – 2021 – photo Ludo Ferrari

En France, la Mustang devint la voiture américaine la plus connue du grand public. Le directeur des relations extérieures et des compétitions (depuis 1963) de Ford France, Henry Chemin, fit beaucoup pour la notoriété du modèle, l’engageant au Rallye Monte Carlo (pilotée par Johnny Hallyday) et la faisant apparaître dans de nombreux films, « Un homme et une femme » de Claude Lelouch, de 1966, bien sûr, « de l’écrie Ford France ».

Cinquante-trois ans plus tard, à l’occasion du tournage « Les Plus Belles Années d’une vie », la suite du film récompensé d’une Palme d’Or à Cannes et d’un Oscar à Hollywood, le bolide américain est de retour. Dans le film qui sera révélé dans quelques jours lors du festival de Cannes 2019, la Ford Mustang y circule dans les lieux les plus symboliques de Deauville. Depuis ce tournage, la voiture américaine, est sollicitée pour divers événements.

Dont on se souvient, la Ford Mustang 184 fut l’une des attractions du Tour Auto 2019, parti un 30 avril du Grand Palais à Paris direction Deauville 4 mai 2019.


Source et images :
Vincennes en Anciennes

Ludo Ferrari Photography – Team DESIGN[MOTEUR] –
instagram.com @ludo_ferrari_photo



Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

*