Vous êtes ici : DESIGNMOTEUR-Auto » Photos » Photographies entre #FAI2019 et #Rétromobile, aperçu de superbes automobiles exposées lors de la #RMParis 2019

Photographies entre #FAI2019 et #Rétromobile, aperçu de superbes automobiles exposées lors de la #RMParis 2019


Entre #FAI2019, lieu ou s’est passé le Festival Automobile Internationale et lors de la semaine Rétromobile 2019, la maison RM Sotheby’s (formerly RM Auctions) #RMParis 2019 a exposé quelques superbe automobile. Voici la sélection du photographe Ludo. L’occasion pour découvrir des modèles emblématiques.

Photos #RMParis 2019

Porsche 550 RS Spyder

Porsche 550 RS Spyder - RM Sotheby's - Paris - 2019 - photo Ludo FerrariPorsche 550 RS Spyder - RM Sotheby's - Paris - 2019 - photo Ludo Ferrari

Porsche 550 RS Spyder – RM Sotheby’s – Paris – 2019 – photo Ludo Ferrari

Premier produit du jeune constructeur automobile spécialement conçu pour la compétition, l’auto s’inspire de plusieurs « spécialités » fabriquées par Porsche au début des années 1950. Rapidement couronnés de succès, les Spyders à moteur ouvert et à moteur central dominèrent leur première sortie au Nürburgring en mai 1953, en préparation pour Le Mans un mois plus tard, où ils se classèrent 1er et 2ème de leur catégorie.

Les 550 RS Spyder ont été constamment améliorées avec des suspensions améliorées et, surtout, avec le nouveau moteur 1500-cc Type 547 DOHC, engine designed by ,Dr Ernst Fuhrmann’. Alimentés par une paire de carburateurs à double arbre à cames en tête, ces robustes petits moteurs à roulements à rouleaux avec lubrification par carter sec et double allumage ont développé une puissance de 110 ch. Avec un poids d’environ 550 kg et une puissance de 110 ch, la 550 Spyder s’est hissée sur le podium lors de courses dans le monde entier.

Chevrolet Corvette

Chevrolet Corvette - RM Sotheby's - Paris - 2019 - photo Ludo Ferrari

Chevrolet Corvette – RM Sotheby’s – Paris – 2019 – photo Ludo Ferrari

Après le bond en avant pour l’année 1955 avec l’introduction du moteur V8 petit bloc de Chevrolet, 1956 représente un autre grand pas en avant pour la Corvette. Avec sa première révision stylistique majeure, la Corvette a ressemblé à son design original de 1953, mais a été modernisée avec de nouveaux garde-boue, des phares chromés et les anses latérales de la voiture qui sont maintenant iconiques.

Équipée des options très recherchées de carburateurs à quatre cylindres doubles et d’un toit rigide assorti, cette Corvette de première génération, année 1956, est magnifiquement finie en bleu arctique bicolore avec des anses argentées sur un intérieur en cuir rouge.

Ferrari 275 GTB/6C Alloy Berlinetta by Scaglietti

Ferrari 275 GTB/6C Alloy Berlinetta by Scaglietti - RM Sotheby's - Paris - 2019 - photo Ludo Ferrari

Ferrari 275 GTB/6C Alloy Berlinetta by Scaglietti – RM Sotheby’s – Paris – 2019 – photo Ludo Ferrari

Avec sa carrosserie en aluminium, peinture shade of Nero (20-B-50), ses six carburateurs Weber et ses derniers tubes de couple, il s’agit de la toute première 275 GTB dotée de ces caractéristiques particulières. Jantes à 10 trous ont été remises à neuf et équipées de pneus Michelin XWX corrects, un nouvel échappement d’époque a été installé, la suspension a été entièrement reconstruite et les garnitures chromées de la voiture ont été entièrement remises en état et polies. Aldo Ritti a effectué une reconstruction complète du moteur de haut en bas chez le spécialiste Ferrari Riverside Performance à Esher, Surrey. Certifiées par Ferrari Classiche, châssis no. 08311.

BMW 507 Roadster Series II

BMW 507 Roadster - RM Sotheby's - Paris - 2019 - photo Ludo Ferrari

BMW 507 Roadster – RM Sotheby’s – Paris – 2019 – photo Ludo Ferrari

Au début des années 1950, BMW était loin de devenir ce géant mondial de la fabrication et de l’entreprise BMW Group. La firme ,Bayerische Motoren Werke’ avait besoin d’une ‘halo car’ qui augmenterait les ventes d’autres modèles et augmenterait la notoriété de la marque. Une voiture ‘halo car’ est souvent décrite comme la figure de proue d’une marque, une voiture qui peut se vendre en plus petits volumes mais qui captive l’imagination du public.

Le légendaire concessionnaire new-yorkais Max Hoffman, de Porsche 356 Speedster et Mercedes-Benz 300 SL, a rapidement offert son aide. Hoffman avait la touche magique, ainsi sa demande pour une voiture de sport européenne de milieu de gamme a été rapidement accordée, et les travaux de développement ont commencé.

Utilisant des composants des séries 502 et 503, la 507 a été conçue par le comte Albrecht von Goertz sur l’insistance de Hoffman. Dotée d’un moteur V8 de 3,2 litres à soupapes en tête, capable de délivrer 148 ch, la 507 a vraiment été éblouissante par ses lignes épurées. Commençant à l’avant avec la calandre caractéristique de BMW et un pare-chocs chromé, la carrosserie au ras du sol, s’incurvant élégamment avant de se terminer par des échappements doubles.

Cette 507 a été spécifiée en teinte Japan Red avec des roues Rudge et un toit rigide.

Ferrari F40 LM

Ferrari F40 LM - RM Sotheby's - Paris - 2019 - photo Ludo Ferrari

Ferrari F40 LM – RM Sotheby’s – Paris – 2019 – photo Ludo Ferrari

En 1987, Ferrari a célébré son 40e anniversaire et, pour marquer l’occasion, a lancé sa voiture de route la plus intransigeante de tous les temps : la F40 à double turbocompresseur de 471 ch. Empruntant largement à la technologie développée pour le programme Evoluzione du Groupe B 288 GTO Evoluzione, il n’est pas surprenant que la F40 LM, au nom évocateur, ait finalement été lancée en 1989, mais à la demande de l’importateur français Charles Pozzi plutôt que de l’usine elle-même.

Développée par Michelotto, la F40 LM a bénéficié d’un double turbocompresseur double IHI et d’un système d’injection Weber-Marelli avancé qui a porté la puissance à plus de 700 ch. Une réduction correspondante du poids à seulement 1 050 kg a permis d’obtenir des performances impressionnantes, comme on pouvait s’y attendre, tandis que la voiture présentait également un raidissement important du châssis, une transmission répondant aux spécifications de la course, des freins améliorés et une carrosserie largement modifiée.

Après avoir connu une carrière de compétition passionnante, dont deux sorties aux 24 Heures du Mans, châssis no. La 74045 est sans aucun doute la F40 LM la plus importante et l’une des Ferrari de course Ferrari les plus importantes.

Ferrari F50

Ferrari F50 - RM Sotheby's - Paris - 2019 - photo Ludo Ferrari

Ferrari F50 – RM Sotheby’s – Paris – 2019 – photo Ludo Ferrari

La Ferrari F50 a été dévoilée au Salon de Genève en 1996 pour célébrer le 50e anniversaire de la Scuderia. Les dossiers de presse qui l’accompagnaient s’exclamaient : « Formule 1 pour la route » et sous la direction attentive de Paolo Martinelli pour le groupe motopropulseur et de Carlo della Casa pour la suspension et les freins. Le résultat est indéniablement fidèle au cahier des charges.

Sous la carrosserie en fibre de carbone se trouve un moteur V12 de 4,7L à haut régime, comme dans la monoplace de F1 « della Scuderia Ferrari » 641 de Prost. La cuve en fibre de carbone, sur laquelle le moteur était boulonné par des supports solides, ne pesait que 102 kg et abritait un réservoir de carburant Sekur de qualité aéronautique, tandis que les amortisseurs de Bilstein étaient actifs de manière indépendante pour améliorer les performances de la suspension à biellette inspirée des courses. L’approche  » sans compromis  » a même été étendue aux coussinets de suspension ; tout ce qui était caoutchouté était considéré comme un parasite de la rétroaction et des joints de rosace solides ont donc été utilisés partout.

Le résultat a été un tour qui a été quatre secondes plus rapide que le F40 à Fiorano.

Cette F50 particulière a été produite en février 1996 et a été initialement vendue par Charles Pozzi le 19 mars de la même année. Au cours de sa vie en France, il a été régulièrement entretenu par son concessionnaire fournisseur et a été présenté lors de diverses réunions, dont les Ferrari Days à Spa-Francorchamps.

Depuis lors, il a été entretenu en 2016, 2017 et 2018 par Greypaul Ferrari de Nottingham sous la direction de trois autres propriétaires. Il convient de mentionner qu’il bénéficie également d’un nouvel embrayage, qui a été monté avec de nouveaux pneus en 2015 par le spécialiste renommé Bob Houghton. Présenté dans un état impeccable et correctement spécifié dans Rosso Corsa sur Nero, il est accompagné de ses livres originaux, toit rigide, toit souple, arceaux de sécurité, coffre à bagages, flight case et Classiche Binder, ce qui confirme qu’il conserve tous ses principaux composants mécaniques d’origine, moteur et boîte de vitesses.

Ferrari F430 Scuderia

Ferrari F430 Scuderia - RM Sotheby's - Paris - 2019 - photo Ludo Ferrari

Ferrari F430 Scuderia – RM Sotheby’s – Paris – 2019 – photo Ludo Ferrari

Lors de son lancement en 2007, la 430 Scuderia de Ferrari a même éclipsé l’Enzo comme la voiture de route la plus rapide de Maranello sur le circuit de Fiorano. Aujourd’hui encore, les statistiques phares sont impressionnantes : une boîte de vitesses de 60 millisecondes, 503 ch, des freins standard en céramique de carbone et l’utilisation intensive de composites pour un poids à sec de seulement 1 250 kg.

Entretenu par Charles Pozzi. Conforme aux spécifications de la Rosso Corsa avec bande de roulement Grigio NART, elle est équipée de jantes en alliage Grigio assorties, derrière lesquelles se trouvent les étriers Rosso. À l’intérieur, elle est garnie de sièges de course en fibre de carbone, de ceintures de sécurité à quatre points, de coutures rouges et d’un volant en fibre de carbone.

Porsche 918 Spyder

Porsche 918 Spyder - RM Sotheby's - Paris - 2019 - photo Ludo Ferrari

Porsche 918 Spyder – RM Sotheby’s – Paris – 2019 – photo Ludo Ferrari

Utilisant les meilleurs matériaux, composants et technologies, Porsche a créé une voiture qui n’était pas seulement étonnante dans ses performances, mais qui était tout aussi étonnante dans son apparence et son souci du détail.

Utilisant un châssis construit presque entièrement en composite plastique renforcé de fibres de carbone, la 918 est un V8 à 90° basé sur celui des prototypes Porsche RS Spyder LMP2 Le Mans. Grâce à son vilebrequin à plan plat, sa bielle en titane, ses quatre soupapes par cylindre et sa lubrification par carter sec, il peut atteindre un régime de 9000 tr/mn. En conséquence, il développe 608bhp. ce qui équivaut à un incroyable 133 ch par litre de cylindrée. Le moteur à combustion de la 918 Spyder est supporté par une paire de moteurs électriques, l’un étant associé au moteur lui-même et l’autre assurant l’entraînement du train avant. Ces moteurs électriques produisent 284bhp de plus, ce qui porte la puissance totale de la 918 Spyder à 887bhp.

Cette 918 Spyder est de teinte Liquid Metal Chrome Blue et doté des roues optionnelles 918 Spyder en magnésium et de l’aileron arrière Weissach. À l’intérieur, l’intérieur est garni de cuir Agate Grey avec des accents Garnet Red.

Bugatti Veyron

Bugatti Veyron 16.4 Grand Sport Vitesse - RM Sotheby's - Paris - 2019 - photo Ludo Ferrari

Bugatti Veyron 16.4 Grand Sport Vitesse – RM Sotheby’s – Paris – 2019 – photo Ludo Ferrari

En 2012, la Bugatti Veyron avait consolidé son statut d’étalon-or de l’industrie des hypercars. Pour beaucoup, il n’est pas surprenant que Bugatti ait donné le traitement Super Sport de 1 200 ch à la Vitesse à toit ouvert. Ce faisant, l’entreprise a créé le roadster de production le plus rapide du monde, atteignant une vitesse de pointe de 408,84 km/h.

Cette Grand Sport Vitesse particulière, la 73ème des 92 exemplaires produits, a été construite pour Bugatti elle-même pour être utilisée comme voiture d’exposition lors d’événements corporatifs et promotionnels. Configuration unique au sein de la production Veyron et teinte ‘in two-tone Porsche Carrera White and Blue’, et des jantes bicolores Super Sport.

Bugatti Chiron

Bugatti Chiron - RM Sotheby's - Paris - 2019 - photo Ludo Ferrari

Bugatti Chiron – RM Sotheby’s – Paris – 2019 – photo Ludo Ferrari

Souhaitant continuer à repousser les limites de l’automobile, les ingénieurs de Bugatti étaient tournés vers l’avenir et ont commencé à travailler sur le successeur de la Veyron peu après l’entrée en production de la Veyron elle-même. Le successeur de la Veyron devait être plus rapide et plus technologiquement avancé que son prédécesseur, mais les ingénieurs de Bugatti se sont montrés à la hauteur de la situation, et le Chiron a porté la barre plus haut à tous égards. Du nom du célèbre pilote monégasque Louis Chiron, il a été présenté pour la première fois au public au Salon de Genève en 2016.

Bugatti a utilisé la Veyron comme point de départ et a réussi à develoipper 300 ch. supplémentaire dans son moteur W16 à quatre turbocompresseur. Limité électroniquement à 420 km/h, le Chiron est capable de vitesses plus rapides, mais il est limité par le fait que les pneus capables de supporter des vitesses plus élevées… ou alors faut monter des pneus adaptés.

Cette Chiron possède une finition bicolore en Nocturne et Bugatti bleu clair sur un intérieur en Beluga Black et Bugatti Light bleu, et jantes roues style « Classique » diamantées avec étriers bleus.


Source et images :
Ludo Ferrari Photography – Team DESIGNMOTEUR –
instagram.com @ludo_ferrari_photo



Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

*