Vous êtes ici : DESIGNMOTEUR-Auto » Photos » Photos au départ, sur la piste, sur circuit, au Val de Vienne lors du Sport et Collection 2018

Photos au départ, sur la piste, sur circuit, au Val de Vienne lors du Sport et Collection 2018


L’édition du rassemblement Sport et Collection sur le circuit du Val de Vienne au Vigeant a eu lieu début juin 2018, en partenariat avec le Club Ferrari France. Ludo passionné Ferrari, photographe reporter, nous avait montré un bel aperçu via quelques photographies, que l’on a publié sur le site avec un post intitulé Photos d’automobiles, supercars et hypercar sur circuit Val de Vienne au Sport et Collection 2018. Puis, début septembre Ludo en contact avec Benjamin, également photographe, nous fait partager sa série de clichés sur la piste, sur circuit.

Photos Sport & collection 2018

Ferrari 330 P2 au départ - David Piper - Sport et Collection 2018 - photo Benjamin Rouland

Ferrari 330 P2 au départ – David Piper – Sport et Collection 2018 – photo Benjamin Rouland

David Piper gentleman driver

David Piper a commencé sa carrière au milieu des années 1950 en participant à des sprints et à des montées en côte, avant de commencer la course sur circuit avec une Lotus Eleven. Il est ensuite passé à une Lotus 16 qu’il a utilisée en 1959 et 1960 pour participer à la Formule 1 et à la Formule 2, en changeant les moteurs selon les besoins.

Son meilleur résultat avec la voiture fut une deuxième place dans le Trophée Lady Wigram, en 1960, derrière Jack Brabham dans une Cooper.

En 1961, Piper a participé à la Formule Européenne Junior aux côtés de Jo Siffert mais a piloté la voiture Gilby F1 dans la Gold Cup. Il s’est également lancé dans la course automobile sportive avec une Ferrari GTO.


Ferrari 212 Export

Ferrari 212 Export - Sport et Collection 2018 - photo Benjamin Rouland

Ferrari 212 Export – Sport et Collection 2018 – photo Benjamin Rouland

La Ferrari 212 Export était une voiture de sport de course produite en 1951 pour remplacer la 195S.

Le V12 Colombo 2.6L (2563 cc) utilisé dans la 212 Export avait un taux de compression de 8,0:1. Au lieu d’un seul carburateur Weber 36 DCF de 150 ch à 6000 tr/min, la plupart des Ferrari Export étaient équipées de trois Weber produisant 177 ch à 6500 tr/min.

En 1951, des équipages en Ferrari 212 Exports prend les trois premières places du Tour de France automobile et remporte le Giro di Sicilia et le Giro di Toscana.

Ferrari 330 P2 - Ferrari 250LM - David Piper - Sport et Collection 2018 - photo Benjamin Rouland

Ferrari 330 P2 – Ferrari 250LM – David Piper – Sport et Collection 2018 – photo Benjamin Rouland


Ferrari 330P2

Ferrari 330P2 - David Piper - Sport et Collection 2018 - photo Benjamin Rouland

Ferrari 330P2 – David Piper – Sport et Collection 2018 – photo Benjamin Rouland

Le 330P2 n’avait pas de chassid tubulaire en treillis classique, comme déjà pratiqué à partir de 1963 avec les voitures de Formule 1 Ferrari monoplace, une carrosserie autoportante en tôle d’aluminium rivetée a été développée. Ceux-ci ont été fabriqués par Carrozzeria Fantuzzi.

La suspension arrière a été reprise de la Ferrari 158 de Formule 1. Contrairement à son prédécesseur, le 330P2 avait des jantes plus larges et des pneus de course Dunlop sans chambre à air. La puissance a été transmise par l’intermédiaire d’une transmission à 5 vitesses nouvellement développée.

Le 330P2 a reçu un nouveau moteur V12 avec quatre arbres à cames en tête. Le moteur avait six carburateurs doubles Weber et deux bougies par cylindre. Alors que le déplacement de la 275P2 était de 3,3 litres, ce type avait la variante de 4 litres ou 3969 cm³ (alésage 77, course 71 mm). La puissance du moteur était de 410 ch à 8000 tr/min. La voiture pesait environ 785 kg.


Ferrari 250LM

Ferrari 250LM - David Piper - Sport et Collection 2018 - photo Benjamin Rouland

Ferrari 250LM – David Piper – Sport et Collection 2018 – photo Benjamin Rouland

En 1964, il devint nécessaire soit de modifier la Ferrari 250 GTO, soit de construire une nouvelle voiture de course pour la classe Gran Turismo.

Ferrari a décidé de construire une nouvelle voiture basée sur la Ferrari 250P. Pour beaucoup, c’était simplement une 250P avec un toit.

Première Ferrari de route à moteur central. Le carrosserie a été designed by Pininfarina. Le toit se terminait directement derrière les sièges et l’intérieur était séparé à l’arrière par une lunette arrière verticale. Ferrari a produit 32 unités.

A partir de 1965, la porte a été intégrée dans le toit de telle sorte que de grandes découpes ont été réalisées lors de l’ouverture des portes. Cela permettait même aux conducteurs de grande taille de monter dans la voiture.

La tentative d’Enzo Ferrari de faire homologuer la 250LM comme voiture de course GT échoua parce qu’à la fin de 1965, la marque nécessaire de 100 voitures construites ne fut pas atteinte. Ferrari n’a donc pas eu d’autre choix que de laisser la 250LM concurrencer les prototypes.

Le premier prototype était équipé d’un moteur V12 de 3 litres. Tous les véhicules livrés avaient cependant l’agrégat de 3,3 litres de la Ferrari 275 GTB. Selon la typologie de Ferrari, la 250LM aurait dû être appelée une 275LM, mais Ferrari s’en est passée et a permis cette imprécision.

La Scuderia n’a jamais utilisé la 250LM comme voiture d’usine dans le championnat du monde de voitures de sport, mais l’a seulement remise aux équipes privées.

La 250LM a fait ses débuts en course sous les couleurs du North American Racing Team de Luigi Chinetti aux 12 Heures de Sebring en 1964. Aux 12 Heures de Reims, c’est la première victoire de la 250LM, au volant de Joakim Bonnier et Graham Hill.

Le plus grand succès de cette voiture fut la victoire générale aux 24 Heures du Mans en 1965.


Ferrari 275GTB

Ferrari 275GTB - Sport et Collection 2018 - photo Benjamin Rouland

Ferrari 275GTB – Sport et Collection 2018 – photo Benjamin Rouland

Les Ferrari 275 sont une série de voitures de Grand Tourisme et de course du constructeur italien Ferrari. Produites de 1964 à 1968, les Ferrari 275 remplacent les mythiques Ferrari 250, dont elles reprennent le moteur V12 dit « Colombo »

Le châssis référence 563 sert de base à la 275 GTB, et reprend les caractéristiques des modèles précédents. Cependant, la section arrière est rétrécie afin d’accueillir les évolutions de la suspension et de la transmission.

Le moteur (référence 213) est une évolution du V12 « Colombo » à simple arbre à cames en tête par rangée, dont la cylindrée est portée à 3286 cm3 et développant 280 ch. Le bloc est couplé à une boite à cinq vitesses montée indépendamment du châssis et envoyant le couple aux roues arrière indépendantes.


Porsche 2.7 RS

Porsche 2.7 RS - Sport et Collection 2018 - photo Benjamin Rouland

Porsche 2.7 RS – Sport et Collection 2018 – photo Benjamin Rouland

Porsche lance en 1972, la 911 2.7 Carrera RS (nommée comme la 356 d’après la course Carrera Panamericana, et RS de l’allemand ,Renn Sport, signifiant Course Sport), une 911 dotée d’un plus gros moteur et allégée. À la suite d’une nouvelle réglementation sportive, elle est produite à 500 exemplaires afin d’obtenir une homologation pour la compétition, mais en réponse aux importantes ventes, la production est étendue à 1000, puis finalement 1590 exemplaires.

La Porsche 2.7 RS est dotée d’un moteur boxer 6-cylindres de 2.7L de 210 ch. Elle a participé à de très nombreuses compétitions et reste un modèle de 911 emblématique, considérée comme la voiture sportive par excellence.


MG

MG - Sport et Collection 2018 - photo Benjamin Rouland

MG – Sport et Collection 2018 – photo Benjamin Rouland

MG, les initiales de Morris Garages, est une marque automobile britannique enregistrée par l’ancienne MG Car Company, un constructeur britannique de voitures de sport qui a débuté dans les années 1920 en tant qu’accessoire de promotion des ventes au sein de l’activité de vente au détail et de service de W. R. Morris à Oxford par son directeur, Cecil Kimber.

Mieux connue pour ses voitures de sport ouvertes à deux places, MG a également produit des berlines et des coupés. Kimber était une employée de William Morris.

L’entreprise MG était la propriété personnelle de Morris jusqu’au 1er juillet 1935, date à laquelle il vendit MG à sa société holding, Morris Motors, restructurant ses participations avant d’émettre des actions dans Morris Motors au public en 1936. MG a connu de nombreux changements de propriétaire, dont la fusion de Morris avec Austin dans The British Motor Corporation Limited en 1952.


Jaguar Type E

Jaguar Type D - Sport et Collection 2018 - photo Benjamin Rouland

Jaguar Type D – Sport et Collection 2018 – photo Benjamin Rouland

Conçue spécialement pour remporter les 24 heures du Mans, la Type D a été produite par Jaguar Cars entre 1954 et 1957.

Partager le moteur XK 6 cylindres en ligne et de nombreux composants mécaniques avec son prédécesseur de Jaguar Type C ou sa structure était cependant radicalement différent.

La construction monocoque innovante et l’efficacité aérodynamique ont intégré la technologie de l’aviation dans une voiture de sport de course, comme par exemple un célèbre stabilisateur vertical.

La cylindrée du moteur a commencé à 3,4 litres, puis, a été augmentée à 3,8 litres en 1957, enfin ramenée à 3,0 litres en 1958 pour Le Mans.

Les D-Types ont gagné Les 24h du Mans en 1955, 1956 et 1957.

Après que Jaguar se soit temporairement retirée de la compétition en tant qu’équipe d’usine, l’entreprise a proposé les types D restants en version XKSS dont l’équipement routier supplémentaire les rendait éligibles pour les courses de voitures de sport en série en Amérique.

La Jaguar XKSS est un modèle produit par la marque anglaise Jaguar de 1956 à 1957. Dérivée de la Jaguar D-Type, son moteur faisait 3453 cm3 développant une puissance de 250 ch et permettant de la propulser à une vitesse de 265 km/h.

La production totale comprendrait 18 types D-Type d’équipe usine, 53 voitures clients et 16 versions XKSS.

Le dessin de la carrosserie aérodynamique indéniablement fluide de la Jaguar Type D est le résultat du travail de l’aérodynamicien Malcolm Sayer, qui avait rejoint Jaguar après un passage à la Bristol Aeroplane Company.

Engagé chez Jaguar au début des années 1950, l’ingénieur aéronautique « rénove » le style des modèles du constructeur anglais. Ses connaissances en aérodynamique lui permettent d’améliorer les performances des modèles de course, sur lesquels il travaille en équipe avec William Lyons et Bill Heynes

Une ligne aussi plate que possible, une bouche en ellipse pour refroidir le moteur, une surface frontale minimale, des phares carénés, Sayer applique toutes ses connaissances dans un seul et unique but : l’efficacité. Sur un châssis en aluminium la carrosserie est en alliage léger. Le premier prototype est terminé en 1953 et les premiers essais en octobre montrent une vitesse maximale de 287 km/h.

Comme la Type D exigeait une surface frontale minimale, pour réduire la hauteur du moteur XK, l’ingénieur en chef William Heynes, responsable de la conception générale des automobiles Jaguar Type C et Type D, a mis au point la lubrification à carter sec, et il a été dit que la surface frontale de la voiture était également un facteur à prendre en considération pour incliner le moteur.

La Type D sera déclinée en deux versions : « museau court » (short nose) et « museau long » (long nose). Ces deux versions peuvent également être distinguées par leur pare brise (monoplace ou bi-place) et le dessin de leur aileron (trois dessins différents).

La Jaguar Type D est une des premières voitures au monde à être équipée de freins à disques qui sont beaucoup plus puissants et performants que les freins à tambours. Jaguar venait juste de les inventer en collaboration avec Dunlop. Ces freins ont constitués l’arme secrète de Jaguar pour son retour en course d’endurance en 1953. Grâce à cette innovation, Le Team Jaguar a gagné les éditions 1953, 1955, 1956, 1957 des 24 heures du Mans.


Jaguar Type E

Jaguar Type E - Sport et Collection 2018 - photo Benjamin Rouland

Jaguar Type E – Sport et Collection 2018 – photo Benjamin Rouland

La Jaguar Type E / Jaguar E-Type in UK / Jaguar XK-E in USA, est une voiture de sport britannique fabriquée par Jaguar Cars entre 1961 et 1975. Beauté de la ligne et de haute performance a fait de ce modèle une icône du monde de l’automobile.

Une vitesse de pointe de 241 km/h, accélération de 7 s pour effectuer un 0 à 100 km, la construction monocoque, les freins à disque, la direction à crémaillère et les suspensions avant et arrière indépendantes ont distingué la voiture et stimulé les changements à l’échelle du secteur automobile.

La Type E était basée sur la voiture de course Type D de Jaguar, qui avait remporté les 24 Heures du Mans trois années consécutives à partir de 1955, et employait ce qui était, pour le début des années 1960, un nouveau principe de conception, avec un châssis avant portant le moteur, la suspension avant et la carrosserie avant boulonnés directement sur la cuve.

Aucun ladderfame chassis, comme c’était courant à l’époque, n’était nécessaire et les premières voitures ne pesaient donc que 1315 kg.

Ainsi nommé en raison de sa ressemblance avec une échelle (ladder in English), un ‘ladderfame chassis’ est l’un des plus simples et des plus anciens de tous les modèles de chassis. Il se compose de deux poutres symétriques, de rails ou de profilés sur toute la longueur du véhicule, et de plusieurs traverses transversales les reliant, comme une échelle pose horizontalement quoi !

D’abord présent sur presque tous les véhicules, le ‘ladderfame chassis’ a été progressivement supprimé sur les voitures au profit des chassis périmétriques (perimeter frames) et de la construction d’une carrosserie unie. On le voit encore maintenant principalement sur les camions. Cette conception offre une bonne résistance à la poutre grâce à ses rails continus de l’avant vers l’arrière, mais une faible résistance à la torsion.

Souvent engagée dans des courses au Royaume-Uni, la Jaguar Type E a accumulé au fil des ans un bon palmarès, elle participa aussi au Tour de France automobile après le retrait des Jaguar MK2 produite de 1959 à 1967.

Lors de sa sortie en mars 1961, Enzo Ferrari exprima « la plus belle voiture jamais construite ».

En 2004, le magazine Sports Car International a placé la E-Type au premier rang de sa liste des meilleures voitures de sport des années 1960. En mars 2008, la Jaguar E-Type s’est classée première dans la liste en ligne du Daily Telegraph des « 100 plus belles voitures » de tous les temps.


Grille départ - Sport et Collection 2018 - photo Benjamin Rouland

Grille départ – Sport et Collection 2018 – photo Benjamin Rouland

Départ en Epi - Sport et Collection 2018 - photo Benjamin Rouland

Départ en Epi – Sport et Collection 2018 – photo Benjamin Rouland


Source et images :
Benjamin Rouland – Team DESIGNMOTEUR –
instagram.com @djbenjil


Photos d’automobiles, supercars et hypercar sur circuit Val de Vienne au Sport et Collection 2018



Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

*