Vous êtes ici : DESIGNMOTEUR-Auto » Photos » Photos au salon Rétromobile 2018 stand Richard Mille exposition McLaren (de la F1 de 1968 à la P1 du 21ème siècle)

Photos au salon Rétromobile 2018 stand Richard Mille exposition McLaren (de la F1 de 1968 à la P1 du 21ème siècle)


En ce moment il y a Rétromobile 2018. Parmi les innombrables expositions, une organisation dénommée Richard Mille a mis en place un stand exceptionnel dédié à l’histoire automobile sportive de McLaren. Partenaire de l’écurie de F1, l’horloger Richard Mille nous fait revivre les grandes heures de la firme anglaise de voitures de course créée par le pilote champion Bruce McLaren. On peut ainsi découvrir de près, et c’est rare, quelques automobile sportive telle que la monoplace légendaire de F1 M7A teintes Papaya Orange, ou celle de 1998 aux couleurs Rouge et Blanc stylé Honda, ou encore voir ou revoir l’ultime automobile de la génération 90 gagnant des 24H du Mans 1995, the McLaren F1 GTR. Arnaud, Driver, Blogger, Photographer, Team DM Reporter, passionné de McLaren autant que moi Ewen, Team Principal DESIGNMOTEUR, écrivant ces lignes ; nous fait part de ses photographies automobiles prises lors de cette exposition à la veille de l’ouverture du salon Rétromobile 2018.

Photos Rétromobile 2018 expo McLaren

Richard Mille ?

Richard Mille voit le jour à Draguignan, dans le Var, en 1951. A l’âge de 20 ans, il part au Royaume-Uni et y apprend la langue de Shakespeare. Il intègre ensuite l’IUT de Besançon pour y étudier le marketing. Il décroche en 1974 un poste de responsable du service exportation, au sein de Finhor, une entreprise horlogère française située à Villers-le-Lac.

A l’issue du rachat de la société par Matra, Richard Mille obtient une promotion et devient directeur des exportations pour l’ensemble des marques horlogères du groupe. Il part ensuite chez Mauboussin, Place Vendôme, dans les années 1990. Il y devient alors actionnaire et directeur général pour la division horlogerie. Sa fonction lui permet alors de s’impliquer de façon personnelle dans le processus de création des montres, alors qu’il décide de nouer une collaboration active avec les meilleurs fabricants de mouvements en Suisse.

A partir de 1999, Richard Mille décide de créer sa marque personnelle de montres de luxe. Sa grande expérience accumulée, ainsi que les nombreux contacts noués dans la profession l’incite par la suite à se lancer dans une carrière solitaire à partir de 2001.

2007 représente une date clé pour la marque Richard Mille qui fait désormais partie de la Fondation de la Haute Horlogerie.

Réputée dès le départ pour son élitisme, Richard Mille effectue progressivement des choix de parrainage tournés vers l’univers du sport. En 2008, Richard Mille, passionné d’automobiles, dédie la RM 011 LMC Felipe Massa au pilote de Formule 1. La RM 001 a été spécialement créée pour Le Mans Classic, une compétition automobile qu’il a co-crée avec Patrick Peter en 2002. En 2014, toujours avec Patrick Peter, en créant le concours d’élégance automobile du Chantilly Arts & Elegance Richard Mille.


Chantilly Arts & Élégance 2017 : vidéos du concours d’élégance, Best of shows, rallyes


Richard Mille & McLaren

Overall the ultralight watch weighs just 40 grams and is extremely durable. The details of the collaboration and the new watch were unveiled today in Geneva by; Richard Mille, Zak Brown, McLaren F1 CEO, Eric Boullier, McLaren F1 Racing Director and new McLaren-Honda F1 driver Stoffel Vandoorne. James Baker, Graphene Business Director and Professor Robert Young from The University of Manchester provided insights into the benefits of using graphene.

The striking watch has been precisely designed and inspired by the wishbone suspension structure of a McLaren-Honda Formula 1 car. Combining the design and materials the casing of the watch has withstood tremendous shock damage and survived unscathed in tests.

Speaking about the RM 50-03 watch Richard Mille said: “McLaren were already pioneers in the application of carbon to F1 cars back in the 1980s, and many aspects of our approach dovetailed nicely. We share the same desire to combine lightness and speed with durability.

“Via McLaren Applied Technologies, McLaren is deeply involved in research and development beside the automotive industry. This was an opportunity for us to discover the applications of graphene and to apply it for the case of the watch, a world first premiere. The RM 50-03 represents a new approach to the challenges of lightness underlying our watchmaking philosophy.” – Richard Mille

Richard Mille #Retromobile 2018

Richard Mille retrace l’histoire de Bruce McLaren et de ses plus belles voitures à Rétromobile 2018 (du 7 au 11 février).

Après avoir remporté son premier Grand Prix (celui des Etats-Unis) en 1959 au volant d’une Cooper, il fonde la structure Bruce McLaren Motor Racing et engage une voiture en championnat Can-Am en 1963, il quitte ensuite Cooper pour créer sa propre écurie de F1 en 1966. Aujourd’hui, McLaren est, derrière Ferrari, l’écurie la plus titrée de la Formule 1 et la plus ancienne. Cette année, en 2018, elle ouvre un nouveau chapitre avec le motoriste Renault. #BeBrave



Bruce McLaren ?

L’histoire commence par un record. Bruce McLaren court depuis à peine une saison en grand prix lorsqu’il devient le plus jeune pilote de l’histoire de la Formule 1 (22 ans et 80 jours) à remporter une épreuve – le grand prix des Etats-Unis 1959 – au volant d’une Cooper. Son record tiendra jusqu’en 2003.

Né le 30 août 1937 à Auckland, fils d’un excellent pilote devenu garagiste, il a quinze ans lorsqu’il débute en sport auto. Bruce McLaren rejoint l’Europe et accumule de l’expérience dans une multitude de disciplines avant de débuter en F1 lors du grand prix d’Allemagne en 1958.

Le champion Néo-Zélandais enchaîne les succès et fonde en 1963, parallèlement à son engagement en F1, la structure Bruce McLaren Motor Racing chargée de développer et d’engager des voitures en Formule Tasmane et en CanAm.

A l’exemple de Jack Brabham qui avait été son mentor, Bruce McLaren décide de voler de ses propres ailes à la fin de la saison des F1 1500. Il quitte Cooper dont il était devenu le premier pilote pour fonder sa propre écurie de F1. Pour dessiner sa première F1 3L à l’aube de la saison 1966, il s’assure le concours d’un jeune ingénieur prometteur, Robin Herb. Ce dernier choisit de construire la coque en mallite, un matériau composite composé d’un sandwich de balsa et d’aluminium offrant de grandes qualités de résistance à la torsion. (Il faudra attendre les années 1980 et les coques en carbone pour égaler une telle rigidité.)

Durant sa première saison sous ses couleurs, Bruce McLaren multiplie les déconvenues.

Présentée à Rétromobile, la première F1 McLaren, la M2B, est desservie par son V8 Ford Indy. Le passage au V8 Serenissima en cours de saison améliora un peu les résultats. Cette première Formule 1 de McLaren est de toute beauté. Très fine et dépourvue d’éléments aérodynamiques, son profil est d’une grande pureté.

Cependant, on imagine mal comment elle pouvait rester stable à grande vitesse. Sa monocoque en alliage d’aluminium enveloppe un V8 Ford 4.0 de 321 ch. Cette auto, pilotée par Chris Amon et Bruce McLaren a débuté au Grand Prix de Monaco en 1966 et a participé à neuf courses.

La victoire aux 24 Heures du Mans 1966 au volant d’une Ford GT40 sauva la saison motorsportive du Néo-Zélandais.

McLaren M7A

Deux ans après la M2B, McLaren participe au championnat de Formule 1 avec la M7A. Une monoplace en aluminium motorisée par un V8 Ford Cosworth DFV 3.0 de 410 ch. Les pilotes Bruce McLaren et Denny Hulme ont débuté avec au Grand Prix d’Espagne. Cette F1 a participé à 11 courses et en a gagné 3.

McLaren M7A - F1 1968 - stand Richard Mille - Retromobile 2018 - photo by Arnaud Demasier RS Photographie

McLaren M7A – F1 1968 – stand Richard Mille – Retromobile 2018 – photo by Arnaud Demasier RS Photographie

Les McLaren M7A et ses variantes M7B, M7C et M7D étaient des voitures de Formule 1, construites par McLaren et utilisées dans les championnats du monde entre 1968 et 1971. Après deux années relativement peu réussies en Formule 1, le M7A a été utilisé pour marquer la première victoire de McLaren au Grand Prix de Belgique 1968.

Conçu par Robin Herd et Gordon Coppuck, le M7A a été le premier McLaren à être propulsé par le moteur Cosworth DFV. Le M7B avait des réservoirs de carburant hors-bord et le M7C un châssis modifié, tandis que le M7D était propulsé par un moteur Alfa-Romeo.

Cosworth DFV V8

En 1967, Cosworth a démarré son moteur DFV (Double Four Valves), double arbre à cames et quatre soupapes par cylindre, qui a été fourni exclusivement à l’équipe Lotus. Il connut un succès immédiat, remportant sa première course, et en 1968, il devint disponible à l’achat pour n’importe quel fabricant. Ce moteur V8 de 2 993 cm3 (alésage × course : 85,6 mm × 64,8 mm) développe 405 ch à 8750 tr/min à ses débuts.

McLaren a acheté cinq moteurs DFV au coût de £7500 chacun.

Design M7A

Le designer Robin Herd a été recruté au sein de l’équipe en 1965, avant quoi il avait été ingénieur aérospatial au National Gas Turbine Establishment (NGTE) part of the Royal Aircraft Establishment (RAE), où il a travaillé sur le projet ‘Concorde’. (The power of the air house allowed Concorde’s engines to be tested at 2,000 mph. Concorde’s name, meaning ‘harmony’ or ‘union’, was chosen to reflect the co-operation on the project between the United Kingdom and France.)

Son adjoint Gordon Coppuck, un autre ex-employé de NGTE, a commencé à concevoir le M7A vers la fin de 1967, mais il est parti pour se joindre à Cosworth avant l’achèvement du M7A project, laissant Coppuck et Bruce McLaren terminer les travaux.

Le M7A était un monoplace à roue libre avec un moteur central qui entraînait les roues arrière. Le châssis était une monocoque de type baignoire (c’est-à-dire à toit ouvert) monocoque fabriqué en alliage d’aluminium de calibre 22 et en panneaux d’alliage de magnésium de calibre 20 collés et rivetés ensemble et à trois cloisons d’acier. La monocoque se terminait derrière le siège du conducteur et le moteur servait de partie sollicitée du châssis, directement boulonnée à la cloison arrière.

Le moteur DFV, dont le développement a été financé par Ford et qui a été conçu et construit par Cosworth, était normalement aspiré avec huit cylindres disposés en configuration v (c’est-à-dire un V8) à 90 degrés. Le bloc était fabriqué en alliage d’aluminium et les chemises de cylindre en fer. Il avait quatre soupapes par cylindre, actionnées par deux arbres à cames en tête.

Le refroidissement du liquide était assuré par un radiateur situé dans le nez, qui était ventilé par des conduits dans la partie supérieure du corps tandis que l’huile moteur était refroidie par un radiateur monté sur le dessus de la boîte de vitesses à l’arrière. La puissance de pointe était de 410 ch. à 9 000 tr/min.

La boîte de vitesses, type Hewland DG300, était ensuite fixée derrière le moteur, et la suspension arrière – composée de bras latéraux supérieurs, de bras à double rayon et de triangles inversés – était fixée à la boîte de vitesses et à la cloison arrière. La suspension avant – bras d’attelage latéraux supérieur et inférieur et bras de rayon – et la colonne de direction étaient fixées aux deux cloisons devant le conducteur. Des ressorts de rappel et des amortisseurs Koni montés à l’extérieur de la carrosserie ont été utilisés à l’avant et à l’arrière.

Châssis M7A

Les 10 freins à disque de 10,5 pouces (270 mm) étaient inhabituels à la fois parce qu’ils étaient fabriqués par Lockheed lorsque la plupart des équipes britanniques de Formule 1 utilisaient des freins Girling et parce qu’ils étaient ventilés. Les disques ventilés – qui ont une zone creuse entre les deux surfaces extérieures des disques pour faciliter le refroidissement – avaient été essayés par Lotus qui avait souffert de problèmes de fissuration causés par le chauffage et le refroidissement rapides. L’équipe McLaren espérait qu’en étant bien montés à l’intérieur des roues, leurs disques conserveraient une température plus constante.

Le M7A a fait ses débuts en Grand Prix lors de la deuxième course du championnat du monde en 1968. Après sa victoire en Belgique, il a remporté deux autres victoires cette année-là, ce qui a permis à McLaren de se classer deuxième au championnat des constructeurs.

Le carburant était stocké dans des réservoirs qui descendaient le long du châssis, au-dessus des jambes du conducteur et derrière son siège, totalisant une capacité de 40 gallons impériaux (180 l). La pleine capacité n’était pas requise pour la plupart des courses, de sorte que le réservoir au-dessus des jambes du pilote était généralement presque vide.

Pour les deux premières courses du championnat du monde de la M7A, la voiture de Bruce McLaren était équipée de réservoirs de carburant « pannier » sur le côté du poste de pilotage. McLaren avait une théorie selon laquelle la tenue de route des voitures de course était supérieure à celle des monoplaces en raison de la répartition du poids de leur carburant ; les réservoirs à paniers étaient une tentative de reproduire cela.

Selon le mécanicien McLaren Tyler Alexander, cette idée a été développée en discussion avec le patron de Lotus, Colin Chapman. Après avoir été endommagée lors du Grand Prix de Monaco 1968, la voiture a été reconstruite sans les réservoirs à paniers.

Heritage M7A

The works cars were painted in an orange hue known as papaya; it was not a national racing colour, however, the colour would continue to be used on works McLaren cars until Yardley sponsorship was obtained in 1972.

Pour la saison 67, McLaren décida de commander un V12 à BRM (British Racing Motors). A partir du milieu de la saison, la nouvelle voiture (M5A) commença à jouer les premiers rôles. A Monza, McLaren disputa la victoire jusqu’à la casse de son moteur. A partir de la saison suivante, McLaren décider d’installer le V8 Ford-Cosworth dans ses F1.

Reconnue pour être la plus belle monoplace, la M7A débute la saison en fanfare en remportant deux courses hors championnat à Brands-Hatch et à Silverstone.

Pour la saison de Formule 1 de 1968, Bruce McLaren a été associé avec Denny Hulme après deux ans de participation à l’équipe. Hulme a été champion du monde avec l’équipe Brabham en 1967 et avait couru pour McLaren cette année-là à Can-Am, une série de courses de voitures de sport nord-américaines.

Pour le premier tour du championnat du monde de 1968 – le Grand Prix d’Afrique du Sud, qui s’est tenu en janvier, quatre mois avant le deuxième tour – seul Hulme a participé, en utilisant la M5A pour terminer cinquième.

La première course du M7A fut la Race of Champions à Brands Hatch, course selon les règles de la Formule 1 mais ne faisant pas partie du championnat du monde. Là, McLaren a gagné de la pole position alors que Hulme était troisième. Une autre victoire a été remportée au BRDC International Trophy à Silverstone, cette fois-ci avec Hulme qui a terminé premier et McLaren deuxième.

Lors des débuts du championnat M7A en Espagne, Hulme était deuxième et McLaren a pris sa retraite, puis à Monaco McLaren s’est écrasé et Hulme était cinquième et dernier. Au Grand Prix de Belgique, ils étaient cinquième et sixième sur la grille.

Hulme a pris la tête et l’ a tenue jusqu’ à ce qu’un demi-arbre se brise aux deux tiers. McLaren était alors deuxième derrière la Matra de Jackie Stewart, mais Stewart a dû faire un arrêt aux stands pour le carburant dans le dernier tour, ce qui lui a permis de remporter la victoire, bien qu’il ait d’abord cru qu’il avait terminé deuxième.

C’était la première victoire de l’équipe McLaren au championnat du monde et Bruce McLaren est devenu le deuxième pilote, après Jack Brabham, à gagner dans une voiture portant son propre nom ; c’était aussi la dernière victoire de sa carrière.


McLaren a gagné ses galons de top team : la jeune écurie anglaise est 2ème. Ce résultat encourage le pilote Bruce McLaren à prendre une semi-retraite afin de se consacrer à son activité de constructeur. S’il renonce à la F1, il n’est pas question de quitter le championnat nord-américain CanAm dont l’écurie est devenue l’un des principaux protagonistes. Ses barquettes orange débordant de chevaux dominent les courses.

De 1967 à 1971, les pilotes McLaren se partagent le titre. Bruce ne participera pas à la saison 70. Lors d’une séance d’essais privés, le pilote-constructeur se tue sur le circuit de Goodwood le 2 juin au volant de la M8D avec laquelle il devait courir le 14 juin…

L’écurie va lui survivre mais ce n’est qu’en 1974 qu’elle entre dans l’histoire en remportant les deux titres Pilotes avec Emerson Fittipaldi et Constructeurs.

James Hunt récidive deux ans plus tard à l’issue d’une saison âprement disputée contre la Ferrari Niki Lauda. Avec l’avènement des jupes et des turbos, McLaren, comme d’autres écuries des années 70, rentre dans le rang.

L’arrivée de Ron Dennis, l’ancien mécanicien de Brabham, aux commandes de l’équipe et le recrutement de l’ingénieur John Barnard ouvrent une période de succès. Avec la MP4/1 à coque en fibre de carbone, Barnard a créé une F1 qui va faire école. Animées par le V6 turbo Tag Porsche, les McLaren de Niki Lauda et Alain Prost se partagent les victoires et les titres. L’écurie de Woking connaît son apogée lorsque Ayrton Senna rejoint Prost.

C’est en 1974 que McLaren entre dans l’histoire en remportant les titres constructeur et pilote avec Emerson Fittipaldi au volant de la M23. Si Marlboro Team Mexico est l’écurie, McLaren Racing reste le constructeur. Son moteur V8 Ford Cosworth DFV 3.0 développe 470 ch.


McLaren MP4/4

Voici certainement la monoplace McLaren de Formule 1 la plus connue, provenant des années 80.

McLaren MP4/4 - F1 1988 - stand Richard Mille - Retromobile 2018 - photo by Arnaud Demasier RS Photographie

McLaren MP4/4 – F1 1988 – stand Richard Mille – Retromobile 2018 – photo by Arnaud Demasier RS Photographie

C’est au volant de cette MP4/4 que les pilotes Alain Prost et Ayrton Senna se sont livrés un combat acharné en 1988. C’est au final le Français qui remporta le titre des pilotes. Le moteur Honda RA168-E V6 turbo est capable monter à plus de 12’000 tr/min pour délivrer ses 650 ch. ! À l’époque, cette F1 écrase la concurrence, le duo gagne 15 courses sur les 16 que comporte la saison 1988.

Durant la saison 1988, McLaren écrase littéralement la concurrence, s’adjugeant quinze courses sur les seize que comptait le championnat, réalisant dix doublés et réalisant quinze fois la pole position. La monoplace MP4-4 s’avère la meilleure machine, bien aidée par le bloc Honda et Ayrton Senna voit son talent récompensé par le titre des pilotes. C’est à cette époque que Gordon Murray devient le directeur technique.

La saison 1987 s’est conclue sur un échec de la McLaren MP4/3, pataude et peu épurée aérodynamiquement. Gordon Murray, en provenance de Brabham, épaule Steve Nichols pour créer une monoplace qui tranche avec les projets précédents.

Ayrton Senna et Alain Prost écrasent la saison 1988 avec 15 victoires, 15 pole positions et 10 doublés en 16 Grands Prix et un doublé au championnat. Elle occupe la tête lors de 1003 des 1031 tours de la saison, inscrit le score record pour l’époque de 199 points et offre le titre mondial à McLaren dès le Grand Prix de Belgique, onzième manche de la saison.

Talentueux et entreprenant, Murray caresse le rêve, avec Ron Dennis, de produire la supercar ultime. Ce sera la F1 road-car, une GT à trois places frontales propulsée par un V12 développé sur-mesure par le motoriste BMW.

McLaren F1 GTR

McLaren F1 GTR - 24H du Mans 1995 - stand Richard Mille - Retromobile 2018 - photo by Arnaud Demasier RS Photographie

McLaren F1 GTR – 24H du Mans 1995 – stand Richard Mille – Retromobile 2018 – photo by Arnaud Demasier RS Photographie

La première voiture de route de McLaren est la F1 dotée d’un moteur V12 6.0L BMW de 627 ch. Présentée en 1992, elle donnera naissance à une variante de compétition qui gagna les 24 Heures du Mans en 1995 de 600hp avec à son volant les pilotes Yannick Dalmas, Jyrki Järvilehto, Masanori Sekiya, Team Kokusai Kaihatsu Racing.

De ce modèle superlatif est décliné une variante de compétition qui gagne les 24 Heures du Mans 1995. Cette voiture engagée par une écurie japonaise ne faisait pas partie des favoris mais pilotée sans erreur sous une pluie battante, elle permet à Yannick Dalmas de remporter la troisième de ses quatre victoires sarthoises, en compagnie de JJ Lehto et de Masanori Sekiya.


McLaren P1

McLaren P1 - 2013 - smile-face - stand Richard Mille - Retromobile 2018 - photo by Arnaud Demasier RS Photographie

McLaren P1 – 2013 – smile-face – stand Richard Mille – Retromobile 2018 – photo by Arnaud Demasier RS Photographie

McLaren P1 - front light - 2013 - stand Richard Mille - Retromobile 2018 - photo by Arnaud Demasier RS Photographie

McLaren P1 – front light – 2013 – stand Richard Mille – Retromobile 2018 – photo by Arnaud Demasier RS Photographie

McLaren P1 - 2013 - side-face - stand Richard Mille - Retromobile 2018 - photo by Arnaud Demasier RS Photographie

McLaren P1 – 2013 – side-face – stand Richard Mille – Retromobile 2018 – photo by Arnaud Demasier RS Photographie


McLaren P1 : Précurseur hybride 737 ch. inspiration Formule 1 +132 kW aspirations Formula E


McLaren 570S GT4

McLaren 570S GT4 - 2018 - stand Richard Mille - Retromobile 2018 - photo by Arnaud Demasier RS Photographie

McLaren 570S GT4 – 2018 – stand Richard Mille – Retromobile 2018 – photo by Arnaud Demasier RS Photographie


McLaren MSO X : sur base de 570S avec préparation spéciale so GT style ! Track & Road ready


Source et images :
Arnaud Demasier RS Photographie – Team DESIGNMOTEUR
Facebook RS Photographie
Instagram @arnodemas

Texte storytelling
via site Retromobile (FR),
site Richard Mill (EN),
via www.bruce-mclaren.com (EN) traduit EN/FR en état de liberté by Team DESIGNMOTEUR



Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

*