Vous êtes ici : DESIGNMOTEUR-Auto » Photos » Photos d’autos italiennes à l’Autodrome Linas-Montlhéry au Italian Meeting 2017

Photos d’autos italiennes à l’Autodrome Linas-Montlhéry au Italian Meeting 2017


Autodrome Italian Meeting a comblé tous les fans d’automobiles italiennes ce samedi 7 octobre à l’Autodrome de Linas-Montlhéry dans l’Essonne. Des milliers de tifosi ont découvert un anneau de vitesse aux couleurs des centaines de véhicules italiens présents pour la plus grande fête du genre de l’année. A l’occasion des célébrations du 70ème anniversaire de la marque Ferrari, on a eu un événement exceptionnel. Mentions spéciales pour les diverses et superbes, automobiles marqué du célèbre Cheval Cabré, réunies pour un plateau unique en France. Ludo, le passionné Ferrari, photographe, nous emmène un instant en Italie en étant à Linas-Montlhéry !

Photos Ferrari Italian Meeting 2017

Ferrari 250GTE - Italian Meeting 2017 - photo Ludo Ferrari

Ferrari 250GTE – Italian Meeting 2017 – photo Ludo Ferrari

Ferrari 250GTE ?

Les années 1950 sont marquées par l’évolution rapide des infrastructures routières, induisant une demande croissante d’automobiles plus rapides, plus équilibrées, connues sous le nom de « Grand Tourisme », initialement strictes 2 places. La demande pour 2 petites places à l’arrière, pour des enfants ou de petits trajets avec des adultes, donne naissance aux GT dites 2+2.

La Ferrari 250 GTE pour Gran Turismo Evoluzione, ou GT 2+2, est une automobile de tourisme développée par le constructeur Ferrari, dessinée par Pininfarina et carrossée par Scaglietti. LA 250GTE sera officiellement présentée lors du Salon de l’automobile de Paris en octobre 1960.

La grille de calandre expose fièrement le cheval cabré de la marque.

Le dessin de la nouvelle Ferrari, sans s’éloigner de celui de la Ferrari 250 GT SWB, est issu de la main de Sergio Pininfarina – et non de son père Battista – marquant ainsi son influence grandissante au sein de l’entreprise Pininfarina.

Sergio Pininfarina, ayant été assistant aérodynamicien dans la soufflerie de l’École polytechnique de Turin, comprend par ailleurs l’intérêt de l’aérodynamique en termes d’aéroacoustique notamment, et fera par conséquent étudier chaque prototype en soufflerie. Comme à son habitude à cette époque, la Carrozzeria Scaglietti réalise la carrosserie et l’assemblage de la GTE. La structure de cette dernière utilise essentiellement l’acier hormis pour les ouvrants (portes, capot moteur et couvercle de coffre), réalisés en aluminium.

Le moteur Tipo 128E, dernière évolution du V12 Colombo ouvert à 60° d’une cylindrée de 2 953 cm3 (alésage/course de 73 mm × 58,8 mm), est placé en position longitudinale avant pour permettre d’agrandir l’habitacle. Le moteur ainsi placé devant l’axe des roues avant, la répartition des masses est par conséquent de 55 % à l’avant et 45 % à l’arrière. La 250 GTE parvient à atteindre les 240 ch à 7 000 tr/min.

Le moteur est associé à une boîte mécanique à 4 rapports dont le dernier est surmultiplié grâce à un overdrive électrique Laycock de Normanville ; cet overdrive permet de réduire de 22 % le régime moteur.

Un overdrive est un système mécanique adjoint à une boîte de vitesses automobile dans le but de surmultiplier le rapport de transmission. Il contient généralement des pignons, un embrayage et une commande électrique. Populaire dans les années 1950 et 1960 l’overdrive a notamment été utilisé sur les Jaguar, Aston Martin, Ferrari, Austin-Healey, Jensen, Bristol, AC, Armstrong Siddeley, Facel Vega, et Triumph’s TR.

La 250 GTE est également la première Ferrari à être équipée d’un système de refroidissement associé à un radiateur à air.


Ferrari Testarossa - Italian Meeting 2017 - photo Ludo Ferrari

Ferrari Testarossa – Italian Meeting 2017 – photo Ludo Ferrari

Ferrari Testarossa

Présentée au Mondial de l’automobile de Paris en 1984, et produite jusqu’en 1996, elle est l’avant-dernière création du Commendatore Enzo Ferrari (1898-1988) avant la Ferrari F40 de 1987.

La Testarossa est baptisée d’après la Ferrari 250 Testa Rossa, un modèle de course mythique de la Scuderia Ferrari des années 1950.

Selon la philosophie de toute une vie d’Enzo Ferrari, elle est, avec la F40, le dernier modèle de supercar Ferrari à repousser les limites du génie mécanique automobile sans recours aux nouveaux systèmes d’assistance et aides technologiques à la conduite en vogue dans le monde de la conception automobile de l’époque.

Conçue sur une base de châssis et de structure de Ferrari 512 BB, à laquelle elle succède, la carrosserie est dessinée par le designer historique de la marque, Pininfarina, avec Leonardo Fioravanti (chef designer) et son équipe Ian Cameron, Guido Campoli, Diego Ottina, Emanuele Nicosiade…

Réalisée en aluminium léger (sauf les portes et pavillon), elle est fabriquée en série par Scaglietti. Elle est dotée de phares escamotables, d’importantes entrées d’air de refroidissement latérales situées dans les portières et les ailes arrière, et d’un capot moteur à l’arrière en forme d’aileron de deux mètres de large.

La Ferrari Testarossa est motorisée par une évolution du moteur 12 cylindres à plat de la 512 BB, poussé à 390 ch, monté en position centrale arrière, de 5 litres de cylindrée (4 942 cm3), 48 soupapes (quatre par cylindre) muni d’une boîte de vitesses manuelle à cinq rapports.

Le 0 à 100 km/h est dépassé en 4,8 secondes, le 400 mètres en 12 6s, franchissement du kilomètre en 23,9 secondes à plus de 230 km/h.
Sa vitesse de pointe est de 290 km/h. Alors voiture de série la plus rapide du monde après la Lamborghini Countach et ses 300 km/h.


Ferrari F40 - Ferrari 360 Modena - Italian Meeting 2017 - photo Ludo Ferrari

Ferrari F40 – Ferrari 360 Modena – Italian Meeting 2017 – photo Ludo Ferrari

Ferrari F40 ?

En 1984, Enzo Ferrari lance un programme d’étude « Evoluzione » des Ferrari 288 GTO, pour rivaliser avec les Porsche 959 en FIA Groupe B, et pour marquer et fêter les 40 ans à venir de la fondation de son entreprise.

En 1987, en parallèle des Ferrari Testarossa de 1984, il dévoile pour l’anniversaire de sa marque, son ultime supercar Grand tourisme de série limitée, la plus performante, sportive et efficace de l’histoire de l’automobile d’alors, traditionnellement inspirée du monde de la compétition et principalement de la Formule 1. Elle est présentée à la presse le 21 juillet 1987 au circuit de Fiorano de l’usine Ferrari de Maranello, puis au public au salon de l’automobile de Francfort de cette même année.


Ferrari F40 : la supercar della Scuderia en F1 & du projet GTO de rallye au V8 …cabrée à 478 ch.


Parade - Ferrari 512TR - Italian Meeting 2017 - photo Ludo Ferrari

Parade – Ferrari 512TR – Italian Meeting 2017 – photo Ludo Ferrari

Ferrari 512TR ?

La Ferrari 512 TR pour « Testa Rossa », a été présentée au salon de l’automobile de Los Angeles, avec légère amélioration de l’aérodynamique, puissance poussée à 428 chevaux, pour 313 km/h de vitesse de pointe.

La 512 TR a été présentée comme le véhicule de remplacement de la Testarossa et annoncée pour l’année-modèle 1992. Ce nouveau véhicule a vu le retour d’un nom de modèle utilisant une combinaison de caractères : le chiffre « 5 » faisant référence à la capacité cubique du moteur en litres, le nombre « 12 » au nombre de cylindres, tandis que « TR » était l’abréviation de Testarossa (Testa Rossa).

Le moteur Boxer 12 cylindres a été sujet à toute une série de modifications, l’une d’entre elles étant l’abaissement du châssis dans le but d’abaisser le centre de gravité du véhicule et d’améliorer sa tenue de route tout en réduisant l’axe de roulis. Sa puissance a été augmentée de 38,5 chevaux et le couple déjà généreux du moteur 12 cylindres a également été boosté.


Ferrari F430 - Ferrari 308GT4 - Italian Meeting 2017 - photo Ludo Ferrari

Ferrari F430 – Ferrari 308GT4 – Italian Meeting 2017 – photo Ludo Ferrari

Ferrari 308 GT4 ?

Les Ferrari 308 GT4 et 208 GT4 sont des coupés 2+2 motorisés par un V8 en position centrale arrière construits par Ferrari. La production de la 308 GT4 débute en 1973. Il s’agit de la première voiture de la marque équipée du V8 en position centrale arrière.

La 308 GT4 est ensuite la seule (et unique) Ferrari de série dessinée par Bertone (sous le crayon du styliste Marcello Gandini, également auteur des dessins de l’Alfa Roméo Montréal, des Lamborghini Miura, Urraco et Countach).

Le V8 de 3 litres de cylindrée à double arbre à cames en tête alimenté par quatre carburateurs Weber 40 développait 255 ch en Europe.

Ferrari F430 ?

La Ferrari F430 est une automobile sportive de luxe construite et produite par Ferrari depuis 2004, remplaçant ainsi la Ferrari 360 Modena. Elle est présentée au Mondial de l’automobile de Paris 2004, et se distingue de sa devancière par son V8 porté à 4,3 L, par un emploi important de l’aluminium, mais surtout par une série d’innovations issues de la F1.

Grâce à une distribution variable en continu à l’admission (50°) comme à l’échappement (30°) et au montage d’un double collecteur d’admission bimode, le nouveau moteur de 4,3 L équipant déjà des Maserati (mais construit à la maison mère et revalorisé pour l’occasion) affiche un couple de 370 Nm à 3 500 tr/min, soit un gain de 23 % en puissance et de 25 % en couple, correspondant à la valeur de couple maximum de l’ancien 3,6 L (monté sur la 360). Une touche gravée LC (pour « Launch Control »), située sur la console, permet de réaliser un départ canon sans se préoccuper de doser l’accélérateur et l’embrayage bidisque piloté par un groupe électro-hydraulique capable d’exercer un couple de blocage de 2 500 Nm en seulement 100 millisecondes.


Ferrari F430 Spider - Ferrari 599GTB Fiorano - Italian Meeting 2017 - photo Ludo Ferrari

Ferrari F430 Spider – Ferrari 599GTB Fiorano – Italian Meeting 2017 – photo Ludo Ferrari

Ferrari F430 Spider ?

Tout comme ses prédécesseurs et dans la logique développée par Ferrari, la Ferrari F430 Spider est la déclinaison décapotable de la F430, à capote en toile motorisée. Elle s’escamote en 20 secondes.

La 599 GTB bénéficie d’innovations technologiques dérivées de l’expérience acquise en F1.

Le V12 placé en position centrale avant est celui que l’on retrouve sous le capot des Ferrari Enzo et Ferrari FXX sur lesquelles il délivre respectivement 660 et 800 ch. Developpant ici 620 ch, il permet à la Ferrari 599 GTB de disposer de 105 ch.

L’aérodynamique a été, une nouvelle fois, très travaillée, avec notamment des passages entre la vitre arrière et les montants pour améliorer le flux d’air.

Le nouveau châssis est entièrement en aluminium et bénéficie de la technique « Space Frame » permettant d’associer différents procédés d’assemblage et autorisant un gain de poids.

Le système de contrôle de traction, baptisé « F1-Trac » et dérivé de la F1, est une sorte de super antipatinage permettant de maîtriser l’arrivée de la puissance en optimisant l’adhérence lors d’accélérations.

Le nouveau système de suspension pilotée électroniquement, appelé « Sospensione a Controllo Magnetoreologico » ou SCM, suspension contrôlée selon une logique magnétique.

Ferrari 599GTB Fiorano ?

L’appellation « Fiorano » évoque le nom de la piste d’essais privée de Ferrari, le circuit de Fiorano, construit en 1972 près de Maranello, et sur laquelle les voitures de la marque sont testées.

La Fiorano est du type « Grand Tourisme Berlinette » (GTB) qui, chez Ferrari, désigne une voiture de sport deux-places.

Le nombre 599 se réfère à la cylindrée totale du bloc, divisée par dix. Enfin, cette voiture dispose d’un bloc moteur dérivé de celui de la Ferrari Enzo dont la puissance a été réduite de 40 chevaux.


Ferrari Challenge Stradale - Italian Meeting 2017 - photo Ludo Ferrari

Ferrari Challenge Stradale – Italian Meeting 2017 – photo Ludo Ferrari

Ferrari Challenge Stradale ?

la Ferrari 360 Challenge Stradale est la version extrême de la Ferrari 360. La caisse est rabaissée et se voit chaussée de jantes spécifiques. Les spoilers avant et arrière ainsi que les bas de caisses sont également uniques à la Stradale. Le gain de poids est de 110 kg par rapport au modèle d’origine.

Passé 4 000 tr/min, la valve s’ouvre en grand et modifie tant la respiration du V8 que la sonorité. L’admission a été également revue afin d’améliorer l’écoulement des flux avec de nouveaux débitmètres d’air, et des collecteurs et conduits retravaillés. Le rapport volumétrique passe de 11 à 11,2 : 1 et le calage de la distribution a été modifié. Ce V8 est en général complété à merveille par une boîte F1.

Le résultat d’un tel travail n’est pas réellement impressionnant sur le papier puisque seuls 25 ch ont été gagnés par rapport à la Ferrari 360 Modena, tandis que le couple « stagne » toujours à 38 mkg. Si le rapport ch/litre record pour un moteur atmosphérique était à cette époque détenu par la Honda S2000 120 ch/L, la Ferrari Challenge Stradale en est très proche avec 118 ch/L.


Parade - Ferrari 458 Italia - Italian Meeting 2017 - photo Ludo Ferrari

Parade – Ferrari 458 Italia – Italian Meeting 2017 – photo Ludo Ferrari

Ferrari 458 Italia ?

La 458 Italia est propulsée par un moteur V8 atmosphérique de 4,5 litres dont la puissance spécifique atteint 127 chevaux/litre, une valeur très élevée pour un moteur atmosphérique. Très travaillée aérodynamiquement pour atteindre des vitesses élevées, elle est dotée d’aides électroniques à la conduite.

Les deux premiers chiffres de son nom indiquent la cylindrée du moteur et le dernier, le nombre de cylindres. Le nom « Italia », succédant à « Modena » et « Maranello », rappelle les origines géographiques de la marque. Remplaçante de la Ferrari F430, elle est officiellement présentée au salon de l’automobile de Francfort en septembre 2009.

Pris en charge par le studio Pininfarina, le design de la 458 Italia est fortement influencé par l’aérodynamique. Les lignes extérieures sont simples et épurées en opposition avec les derniers travaux du constructeur comme la 599 GTB Fiorano et la California.

La Ferrari Italia innove par ses optiques de phares, utilisant la technologie des diodes électroluminescentes ou LED. La triple sortie d’échappement est similaire à celle de la F40. La calandre regroupe à présent les deux entrées d’air déjà visible sur la F430, permettant de gagner en légèreté.

Par rapport à la F430, la base mécanique est similaire, mais elle a fait l’objet de diverses modifications. Toujours monté en position centrale arrière, le moteur V8 bénéficie désormais d’une injection directe. Sa cylindrée est portée de 4,3 à 4,5 litres, ce qui lui permet de développer une puissance de 570 chevaux à 9 000 tr/min, soit 80 de plus que la F430 ; sa puissance spécifique atteint ainsi 127 chevaux par litre de cylindrée battant ainsi le record du monde (pour les autos), détenu jusqu’alors par la Honda S2000.

La vitesse maximale de la 458 Italia dépasse, selon Ferrari, les 325 km/h. L’accélération de 0 à 100 km/h est réalisée en moins de 3,3 secondes et le 0 à 200 km/h, en 10,4 secondes.


Logo 70ème anniversaire de la marque Ferrari - Italian Meeting 2017 - photo Ludo Ferrari

Logo 70ème anniversaire de la marque Ferrari – Italian Meeting 2017 – photo Ludo Ferrari


Source et images :
Ludo Ferrari Photography



Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

*


TimeDM ad Pixel